Henri POUILLOT
Guerre d’Algérie, Colonialisme...
Descriptif du site
Lire la suite ...
Appel des 171 : Nous demandons la vérité sur l’assassinat de Maurice Audin

Le 11 juin 1957, Maurice Audin, jeune professeur de mathématiques à Alger et membre du parti communiste algérien, est arrêté par les parachutistes commandés par le général Massu chargé par les autorités françaises du maintien de l’ordre dans la ville. Emprisonné et torturé, il n’est jamais réapparu. Quand, (...)

Lire la suite ...
Hamed, Sale fils de Français
JPEG - 6.2 Mo

Ce livre fut édité par les "Editions du Menhir" en 2014. La 4ème de couverture

Ce livre, j’ai voulu l’écrire à partir d’une série de rencontres qui m’ont perturbé.

Témoin de la Guerre d’Algérie, je me suis déjà beaucoup exprimé publiquement pour dire l’horreur que j’y ai vécue et les traumatismes (...)

Lire la suite ...
La "disparition" de Maurice Audin ? Un jugement qui interroge
-

Contexte : Je rappelle le contexte dans lequel je suis intervenu publiquement, es-qualité de Président de l’ARAC des Yvelines : c’est après le communiqué important du 18 juin du Président de la République, que je rappelle ici. "Communiqué de l’Élysée du 18 Juin 2014 Aujourd’hui est remis le Prix AUDIN (...)

Ce site personnel doit être aussi le vôtre, il est conçu pour servir de références, de documentations...
Votre avis m’intéresse. N’hésitez donc pas à m’interpeller.

Né en 1938 en Sologne (Loiret) - Ingénieur Retraité
Appelé, pendant la Guerre d’Algérie
Affecté de juin 1961 à mars 1962 à la Villa Susini à Alger
Témoin de la Torture - Auteur de 2 livres témoignages sur cette période.
Auteur d’un livre fiction "Hamed, Sale fils de Français", parti d’un fait concret, dramatique.
Militant des droits de l’homme, antiraciste et anticolonialiste.

Mes témoignages / mon combat / mes actions / mes espoirs


- Un témoignage sur la torture pendant la Guerre d’Algérie

- Apporter ma contribution au travail de mémoire nécessaire sur une triste période de notre histoire et ses conséquences encore aujourd’hui.

- Participer au débat d’idées permettant le développement des actions nécessaires pour condamner la pratique de la torture, le colonialisme, les crimes contre l’humanité...

- Dénoncer le révisionnisme colonial aujourd’hui autour de la Guerre d’Algérie, la résurgence des idées selon lesquelles le colonialisme aurait pu être positif et de l’activisme de l’OAS soutenu par la connivence d’une partie de la droite à ces thèses extrémistes et xénophobes. en particulier la mise en cause des valeurs républicaines de la France à l’occasion des "honneurs" rendus aux activistes de l’OAS.
- Fédérer les actions pouvant aller dans ce sens.

La Villa SUSINI, un lieu Symbolique, d’un lourd passé

C’est dans cette Villa, à Alger, que je me suis retrouvé à effectuer la fin de mon service militaire, pendant la Guerre d’Algérie, de juin 1961 à mars 1962.
Ce lieu fut utilisé, pendant les 8 années de cette guerre, sans interruption, comme centre de torture.

La Villa Susini à Alger

Ces photos ont été prises au même endroit... dans le parc de la Villa Susini d’Alger, la première en 1961, la seconde en décembre 2001. Entre ces 40 années d’écart, l’homme a changé, les arbres ont poussé, mais la vue sur le port d’Alger est toujours aussi belle.

Des Espoirs


- Un traité d’amitié entre les peuples Algérien et Français sur des bases claires et réciproques du respect des droits de l’homme comme fil rouge.
- Une place retrouvée pour que la France puisse de nouveau revendiquer de porter le drapeau du pays des droits de l’homme.
















Article mis en ligne le 27 janvier 2018
dernière modification le 18 avril 2018
Rubrique : Disparition de Maurice Audin

Le 18 juin 2014, le Président de la République François Hollande, dans un communiqué déclarait : "Mais les documents et les témoignages dont nous disposons aujourd’hui sont suffisamment nombreux et concordants pour infirmer la thèse de l’évasion qui avait été avancée à l’époque. M. AUDIN ne s’est pas (...)

Article mis en ligne le 1er mars 2018
Rubrique : L’OAS

Article de El-Watan du 01/03/2018 par Tegguer Kaddour

Le wali d’Oran, Mouloud Cherifi, a présidé, hier, une cérémonie de commémoration du 56e anniversaire du carnage commis par la sinistre organisation criminelle, l’organisation armée secrète (OAS), le 28 février 1962, au quartier populaire de Mdina Jdida

Moudjahidine, enfants de chouhada et responsables locaux se sont recueillis devant la stèle érigée sur les lieux du drame à la place Tahtaha, déposant des gerbes de fleurs et récitant la « Fatiha », à la mémoire des victimes de cet abominable acte criminel.

L’attentat a été commis le mercredi 28 février (...)

Article mis en ligne le 18 avril 2018
dernière modification le 5 juin 2019
Rubrique : Editos

Lettre ouverte envoyée au Président de la République le 17 avril 2018

Objet : Quelle honte ces « frappes » en Syrie

Monsieur le Président

Témoin de la Guerre de Libération de l’Algérie, comme appelé (de juin 1961 à mars 1962), affecté à la Villa Susini, j’ai eu l’occasion de constater de très nombreuses exactions commises dans cette période par l’Armée Française (en (...)

Mon intervention Place Maurice Audin à Paris
Article mis en ligne le 12 juin 2018
dernière modification le 13 août 2018
Rubrique : Disparition de Maurice Audin

Le 11 juin 1957, il y a 61 ans Maurice Audin était arrêté chez lui par un commando de Parachutistes et il ne réapparaitra jamais.

L’an dernier, le samedi 10 juin 2017, nous étions déjà là, sur cette place, et nous avions espéré avoir une réponse à la lettre ouverte (que j’avais coordonnée au nom du MRAP (...)

Commémoration du 5 juillet 2018 au Passage d’Agen
Article mis en ligne le 8 juillet 2018
Rubrique : Le Passage d’Agen (47)

Reportage de la Dépêche du Midi du 7 juillet 2018 :
" Une commémoration dans la dignité"

C’est ce jeudi 5 juillet que s’est tenue la commémoration du massacre du 5 juillet 1962 à Oran (Algérie) devant la stèle érigée par la municipalité passageoise à la mémoire des militaires et des civils tombés en Afrique du Nord, derrière l’ église St Joseph (Face à la mairie) du Passage d’ Agen.

Mme Rodier (...)

Article mis en ligne le 1er août 2018
Rubrique : Mali -

En novembre 2010, j’ai effectué un voyage au Mali, principalement au Pays Dogon, avec une association « Point Afrique », association participant à des actions humanitaires sur place (dans le prix de notre voyage une participation était inclue pour cela). Nous étions un groupe de 6 touristes, seulement, avec un guide local, ce qui nous a permis des contacts privilégiés avec la population locale, et des échanges formidables. Nous avons parcouru le Pays Dogon : un circuit de Mopty jusqu’au nord, limite du Sahel. Nous avons fait ce voyage dans un gros 4x4 et sur une pinasse, couchant sous tente ou sur un toit de maison. Des rumeurs évoquaient déjà le début des actions djihadistes et nous avons eu de nombreuses discussions à ce sujet. Un groupe de touristes a pu prendre notre suite, et plus aucun voyage touristique n’a été autorisé ensuite.

Pour comprendre la situation de cette région il faut prendre en considération 3 aspects

La situation politique et économique du Mali, très liées, pour lesquelles la France porte une terrible responsabilité

Le contexte social : la pauvreté, le dénuement, ...

L’influence possible des groupes (...)

Article mis en ligne le 13 août 2018
dernière modification le 5 juin 2019
Rubrique : Editos

A l’exemple du Président des riches qui considère que le versement d’allocations aux personnes les plus démunies est un pognon de dingue, un député versaillais, Jean-Noél BARROT, rendait compte publiquement, le 2 juillet, de son mandat, un an après son élection. Dans l’annonce de cette réunion, il (...)

Article mis en ligne le 21 septembre 2018
dernière modification le 22 janvier 2019
Rubrique : Disparition de Maurice Audin

Monsieur le Président

Témoin de la Guerre de Libération de l’Algérie, comme appelé (de juin 1961 à mars 1962), affecté à la Villa Susini, j’ai eu l’occasion de constater de très nombreuses exactions commises dans cette période par l’Armée Française (en particulier la torture), des crimes contre l’Humanité, (...)

Article mis en ligne le 27 octobre 2018
Rubrique : L’Algérie, le colonialisme, les perspectives politiques

Article / Interview de Louisette Ighilahriz à RFI par Christophe Boisbouvier qui revient sur sa démission et la déclaration de E Macron au sujet de la torture
Tortures en Algérie : "Je remercie E. Macron d’avoir fait un pas, qu’il en fasse d’autres"

Parce qu’elle est contre un cinquième mandat du président Bouteflika à partir d’avril prochain, Louisette Ighilahriz annonce qu’elle démissionne du Sénat algérien. Or cette femme est une grande voix d’Algérie. Pendant la guerre d’indépendance, elle a été torturée par l’armée française. Abdelaziz Bouteflika (...)

Objet : « Grand Débat » : Mémoire / Droits de l’Homme
Article mis en ligne le 22 janvier 2019
dernière modification le 5 juin 2019
Rubrique : Editos

Monsieur le Président

Vous avez déclaré souhaiter un grand débat national, sans tabou, dites-vous, MAIS il semble bien que vous ayez déterminé les seuls sujets que vous acceptez puisque vous déclarez : "nous ne reviendrons pas sur les mesures que nous avons prises [...] afin d’encourager (...)

Article mis en ligne le 4 février 2019
dernière modification le 5 juin 2019
Rubrique : Disparition de Maurice Audin

Josette Audin vient de nous quitter à 87 ans, pendant ce week-end du 2 février 2019

Chère Josette, ce départ est, restera, pour moi une profonde douleur.

Pendant 61 ans, Josette tu t’es battue pour connaître la vérité sur l’assassinat de ton mari et pour savoir ce que son corps était devenu. Maurice (...)

Article mis en ligne le 9 février 2019
dernière modification le 6 juin 2019
Rubrique : Disparition de Maurice Audin

En 1996, Mustapha Boutadjine réalisa ce portrait de Maurice Audin, avec sa technique toute particulière

En 2015, Mustapha me demanda un commentaire pour accompagner ce portrait dans le livre qu’il allait éditer "Collage Résistant(s)" (Editions Helvétius) où il allait regrouper des dizaines de portraits de Résistant(e)s dont beaucoup d’Algérien(ne)s

Voici le texte A un ami que je n’ai pas connu.

Le 11 juin 1957, l’Armée Française venait à ton domicile, et, devant tes enfants, ta femme Josette, elle t’embarquait. Tu étais devenu prisonnier et tu n’en reviendras pas.

Que te reprochait-on ? Tu étais communiste, et soutenais le mouvement (...)

Article mis en ligne le 27 mai 2019
Rubrique : Narbonne (11)

Près du port de Narbonne-Plage, sur un petit promontoire, une stèle réalisée par le sculpteur Jacques Duault et érigée en mémoire des Pieds-Noirs et des Harkis dans le cadre du cinquantenaire de leur rapatriement, a été dévoilée le samedi 22 décembre 2012, ainsi que la plaque commémorative située à (...)

Article mis en ligne le 27 mai 2019
Rubrique : Bagnols sur Sèze (30)

Un exemple d’une traditionnelle commémoration (1er novembre 2014) de la journée nationale du souvenir français qui s’est déroulée en fin de matinée au cimetière de Bagnols.

Porte-drapeaux, élus et représentants du monde associatif ont tout d’abord rendu hommage aux morts « dont les sépultures ont été (...)

Article mis en ligne le 27 mai 2019
Rubrique : Personalités marquantes

Le 25 avril 2019, la Mairie de Paris rendait hommage au militant anticolonialiste Henri Curiel assassiné à Paris, crime "couvert" par le "secret défense", jamais élucidé.

Intervention de Christine Vieu-Charrier, Maire-adjointe de la Ville de Paris

Intervention de Alain Gresh, son fils

La Plaque commémorative

Communiqué du MRAP du 23 avril 2019

Le 25 avril 2019, la maire de Paris va dévoiler une plaque en hommage à Henri Curiel, à proximité du lieu même où (...)

Article mis en ligne le 5 juin 2019
dernière modification le 19 septembre 2019
Rubrique : Editos

Tout particulièrement ces derniers temps, on assiste à une « surenchère » dans les symboles présentés lors de cérémonies commémoratives. 2 exemples actuels sont très significatifs Le 75ème anniversaire du débarquement

A l’occasion du 75ème anniversaire du débarquement, le rôle fondamental de la Résistance (...)

Article mis en ligne le 8 juin 2019
Rubrique : Orange (84)

Une date symbolique

Le 7 juin 2019 le Maire d’Orange (le mari de la maire de Bollène responsable de la Ligue du Sud) Jacques Bompart a inaugureé un rond-point Lieutenant-Colonel Charles-Gilbert de la Chapelle ce putschiste, qui à la tête du 1er Régiment de Cavalerie avait tenté ce coup d’état (...)

Article mis en ligne le 8 juin 2019
Rubrique : Bollène (84)

Une inauguration soulevant polémique

Article du Dauphiné Libéré

La manifestation contre la débaptisation de la « rue du 19 mars 1962 » quelques semaines plus tôt n’aura rien changé. En effet, malgré l’appel de l’ANACR, la FNACA et de l’ARAC, la municipalité a inauguré ce samedi 11 mai l’artère (...)

Article mis en ligne le 19 septembre 2019
dernière modification le 1er octobre 2019
Rubrique : Editos

Mes réactions

Le thème de cette journée d’étude à l’Assemblée Nationale est : Les disparus de la Guerre d’Algérie du fait des forces françaises : Vérité et Justice ?

Cette journée est organisée par l’Association Maurice Audin et l’Association Histoire Coloniale et Postcoloniale avec le soutien de la CNCDH (...)

Article mis en ligne le 1er octobre 2019
dernière modification le 14 octobre 2019
Rubrique : Editos

Lettre à Monsieur Emmanuel MACRON - Président de la République,

Monsieur le Président

Lors de l’hommage que vous avez rendu à Jacques Chirac à la télévision le 26 septembre vous avez déclaré : « Une France qui regarde son Histoire en face et dont il sut reconnaître, lors du discours du Vel d’Hiv, les (...)

Article mis en ligne le 14 octobre 2019
Rubrique : 17 Octobre 1961

Le 17 octobre 1961, des dizaines de milliers d’Algériens manifestaient pacifiquement à Paris contre le couvre-feu discriminatoire qui leur avait été imposé par le gouvernement de l’époque dont le Premier ministre, Michel Debré, était hostile à l’indépendance de l’Algérie, et le Préfet de Police Maurice (...)


17 octobre 1961 - 17 octobre 2019 - 58ème Anniversaire - Vérité et Justice


Le 17 octobre 1961, des dizaines de milliers d’Algériens manifestaient pacifiquement à Paris contre le couvre-feu discriminatoire qui leur avait été imposé par le gouvernement de l’époque dont le Premier ministre, Michel Debré, était hostile à l’indépendance de l’Algérie, et le Préfet de Police Maurice Papon sous ses ordres. Ils défendaient leur droit à l’égalité, leur droit à l’indépendance et le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. Ce jour-là, et les jours qui suivirent, des milliers de ces manifestants furent arrêtés, emprisonnés, torturés – notamment par la "force de police auxiliaire" - ou, pour nombre d’entre eux, refoulés en Algérie. Des centaines perdirent la vie, victimes d’une violence et d’une brutalité extrêmes des forces de police.
58 ans après, la Vérité est partiellement en marche. Cependant, la France n’a toujours pas reconnu sa responsabilité dans les guerres coloniales qu’elle a menées, – en particulier la Guerre d’Algérie – non plus que dans le cortège de drames et d’horreurs qu’elles ont entraînés, comme ce crime d’Etat que constitue le 17 octobre 1961. Le 17 octobre 2012, le Président de la République (François Hollande) avait certes fait un premier pas important, en déclarant : « Le 17 octobre 1961, des Algériens qui manifestaient pour le droit à l’indépendance ont été tués lors d’une sanglante répression. La République reconnaît avec lucidité ces faits. Cinquante et un ans après cette tragédie, je rends hommage à la mémoire des victimes. » Mais le terme de crime n’est pas repris, et la responsabilité, sous entendue, n’est pas clairement définie. Nous demandons une parole claire aux autorités de la République, au moment où certains osent encore aujourd’hui continuer à parler des « bienfaits de la colonisation », à célébrer le putsch des généraux à Alger contre la République, à « honorer » les criminels de l’OAS.

Dans ce domaine, il est donc nécessaire que des mesures significatives soient prises :
-  Que la lumière soit faite sur les soi-disant « retours vers leurs douars d’origine » des algériens survivants du 17 octobre envoyés en fait dans des camps de la mort de l’Algérie coloniale.
-  Que la création d’un lieu de mémoire voué à cet évènement, demandée dans la résolution votée par le Sénat en octobre 2012 qui reconnaissait elle aussi ce massacre, soit rapidement mise en œuvre par les autorités de l’Etat, de la Ville de Paris et la Région Ile-de-France.
-  Pour être fidèles à leur mission scientifique, les historiens ont besoin de pouvoir accéder librement aux archives, échapper aux contrôles des pouvoirs ou des groupes de pression et travailler ensemble, avec leurs collègues algériens
-  La vérité doit être dite sur l’organisation criminelle de l’OAS que certains, comme au sein de la droite et extrême droite politique veulent la réhabiliter.
Ce n’est qu’à ce prix que pourra disparaître la séquelle la plus grave de la Guerre d’Algérie, à savoir le racisme, l’islamophobie dont sont victimes aujourd’hui nombre de citoyennes et citoyens, ressortissants d’origine maghrébine ou des anciennes colonies, y compris sous la forme de violences policières récurrentes, parfois meurtrières.

On ne construit pas la démocratie sur des mensonges et des occultations. Après plus d’un demi-siècle, il est temps :
-  Que le Président de la République, au nom de la France, confirme, par un geste symbolique, la reconnaissance et la condamnation de ce crime d’Etat. Comme il vient de le faire pour l’assassinat de Maurice Audin par l’armée française et pour l’existence d’un système de torture généralisé. Cette reconnaissance doit s’étendre aux milliers d’Algériens qui en ont été victimes (voir le site www.100autres.org)
-  Que l’Etat français reconnaisse sa responsabilité dans l’internement arbitraire, pendant la Guerre d’Algérie, d’Algériens dans des camps ;
-  Que la liberté d’accès aux archives soit effective pour tous, historiens et citoyens ;
-  Que la recherche historique sur ces questions soit encouragée, dans un cadre franco-algérien, international et indépendant.

A l’occasion de ce 58ème anniversaire, nous exigeons Vérité et Justice. Rassemblement le jeudi 17 Octobre 2019 à 18h. au Pont Saint Michel à PARIS

Associations, Organisations Syndicales : 17 octobre contre l’Oubli, 4ACG (Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Amis Contre la Guerre), 93 au Cœur de le République, Association de Jumelage Rennes-Sétif, Les Amis de Max Marchand de Mouloud Feraoun et de leurs Compagnons, ACCA (Association contre le Colonialisme Aujourd’hui), ACDA (Association pour le Changement Démocratique en Algérie), AFAPREDESA (Association des Familles des Disparus et Prisonniers Sahraouis), ANPROMEVO (Association nationale pour la protection de la mémoire des victimes de l’OAS), ATMF (Association des Travailleurs Maghrébins de France), ANPNPA (Association Nationale des Pieds-Noirs Progressistes et leurs Amis), APCV (Association pour la Promotion de la Culture et du Voyage), ARAC (Association Républicaine des Anciens Combattants), Au Nom de la Mémoire , CAPJPO-EuroPalestine, CRLDHT (Comité pour le Respect des Libertés et des Droits de l’Homme en Tunisie), Comité Vérité et Justice pour Charonne, Droits devant !!, France el Djazaïr, FTCR (Fédération des Tunisiens pour une Citoyenneté des deux Rives), FASTI (Fédération des Associations de Solidarité avec Tou-te-s les Immigré-e-s), Fondation Frantz Fanon, FUIQP (Front uni des , et des quartiers populaires) Les Oranges, LDH (Ligue des Droits de l’Homme), Liaison de la fédération Anarchiste pour le lot/ Aveyron, MRAP (Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples), Mouvement de la Paix, Réfractaires non-violents à la guerre d’Algérie, RMCP (Réseau Mémoires de Combat Politiques), Sortir du Colonialisme, SURVIE, UJFP (Union Juive Française pour la Paix), URIF-CGT (Union Régionale Ile de France de la Confédération Générale du Travail)
Partis Politiques : Ensemble !, NPA (Nouveau Parti Anticapitaliste), PCF (Parti Communiste Français), PEPS (Pour une écologie Populaire et Sociale),

Commentaires des visiteurs du site

0 | 5 | 10 | 15

Historique de la Villa Susini
Exacte..... Yemma doudja..... Mon arrière grand mère enterré au Maroc..... Étant moi même un de ses (...)

La "disparition" de Maurice Audin ? Un jugement qui interroge
C’est la première fois que j’ai l’occasion de lire ce blog, très bien structuré. Cet article est (...)

Camp de Is-sur-Tille (Côte d’Or)
Bonsoir Monsieur, Je suis tombé par hasard sur cet article qui me touche de près, j’ai vécu au (...)

Intérieur de la Villa
Oui, j’ai eu un certain nombre d’échos à ce sujet. Avant le construction du Monument aux Martyrs (...)

Intérieur de la Villa
Malheureusement cette maison se dégrade comme tant d’autres du patrimoine Algérien. Considérant le (...)



puce

RSS

2002-2019 © Henri POUILLOT - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.79.26