Henri POUILLOT
Guerre d’Algérie, Colonialisme...
Descriptif du site
Lire la suite ...
Appel des 171 : Nous demandons la vérité sur l’assassinat de Maurice Audin

Le 11 juin 1957, Maurice Audin, jeune professeur de mathématiques à Alger et membre du parti communiste algérien, est arrêté par les parachutistes commandés par le général Massu chargé par les autorités françaises du maintien de l’ordre dans la ville. Emprisonné et torturé, il n’est jamais réapparu. Quand, (...)

Lire la suite ...
Hamed, Sale fils de Français
JPEG - 6.2 Mo

Ce livre fut édité par les "Editions du Menhir" en 2014. La 4ème de couverture

Ce livre, j’ai voulu l’écrire à partir d’une série de rencontres qui m’ont perturbé.

Témoin de la Guerre d’Algérie, je me suis déjà beaucoup exprimé publiquement pour dire l’horreur que j’y ai vécue et les traumatismes (...)

Lire la suite ...
La "disparition" de Maurice Audin ? Un jugement qui interroge
-

Contexte : Je rappelle le contexte dans lequel je suis intervenu publiquement, es-qualité de Président de l’ARAC des Yvelines : c’est après le communiqué important du 18 juin du Président de la République, que je rappelle ici. "Communiqué de l’Élysée du 18 Juin 2014 Aujourd’hui est remis le Prix AUDIN (...)

Ce site personnel doit être aussi le vôtre, il est conçu pour servir de références, de documentations...
Votre avis m’intéresse. N’hésitez donc pas à m’interpeller.

Né en 1938 en Sologne (Loiret) - Ingénieur Retraité
Appelé, pendant la Guerre d’Algérie
Affecté de juin 1961 à mars 1962 à la Villa Susini à Alger
Témoin de la Torture - Auteur de 2 livres témoignages sur cette période.
Auteur d’un livre fiction "Hamed, Sale fils de Français", parti d’un fait concret, dramatique.
Militant des droits de l’homme, antiraciste et anticolonialiste.

Mes témoignages / mon combat / mes actions / mes espoirs


- Un témoignage sur la torture pendant la Guerre d’Algérie

- Apporter ma contribution au travail de mémoire nécessaire sur une triste période de notre histoire et ses conséquences encore aujourd’hui.

- Participer au débat d’idées permettant le développement des actions nécessaires pour condamner la pratique de la torture, le colonialisme, les crimes contre l’humanité...

- Dénoncer le révisionnisme colonial aujourd’hui autour de la Guerre d’Algérie, la résurgence des idées selon lesquelles le colonialisme aurait pu être positif et de l’activisme de l’OAS soutenu par la connivence d’une partie de la droite à ces thèses extrémistes et xénophobes. en particulier la mise en cause des valeurs républicaines de la France à l’occasion des "honneurs" rendus aux activistes de l’OAS.
- Fédérer les actions pouvant aller dans ce sens.

La Villa SUSINI, un lieu Symbolique, d’un lourd passé

C’est dans cette Villa, à Alger, que je me suis retrouvé à effectuer la fin de mon service militaire, pendant la Guerre d’Algérie, de juin 1961 à mars 1962.
Ce lieu fut utilisé, pendant les 8 années de cette guerre, sans interruption, comme centre de torture.

La Villa Susini à Alger

Ces photos ont été prises au même endroit... dans le parc de la Villa Susini d’Alger, la première en 1961, la seconde en décembre 2001. Entre ces 40 années d’écart, l’homme a changé, les arbres ont poussé, mais la vue sur le port d’Alger est toujours aussi belle.

Des Espoirs


- Un traité d’amitié entre les peuples Algérien et Français sur des bases claires et réciproques du respect des droits de l’homme comme fil rouge.
- Une place retrouvée pour que la France puisse de nouveau revendiquer de porter le drapeau du pays des droits de l’homme.
















Inauguration (6 juillet 2017) de la plaque commémorative
Article mis en ligne le 9 juillet 2017
dernière modification le 13 juillet 2017
Rubrique : Guerre d’Algérie


Photo de la Manifestation du 13 juillet 1953 qui a été réprimée

Discours de Catherine Vieu-Charier,

Adjointe à la Maire de Paris chargée de la Mémoire et du Monde Combattant et Correspondant Défense

Monsieur le Sénateur de Paris, cher Pierre LAURENT,

Madame la Maire du 12e arrondissement de Paris, chère Catherine BARATTI-ELBAZ,

Monsieur le représentant de (...)

Article mis en ligne le 6 septembre 2017
dernière modification le 24 octobre 2017
Rubrique : Disparition de Maurice Audin

Gérard Tronel et François Nadiras ont tiré leur révérence à quelques jours d’intervalle.

Tous deux ont beaucoup milité pour que les crimes commis au nom de la France, en particulier pendant la Guerre de Libération de l’Algérie, soient reconnus comme tels et condamnés, que la vérité soit connue, (...)

Article mis en ligne le 26 septembre 2017
Rubrique : Guerre d’Algérie

En France de multiples initiatives se sont déroulées dans cette période, pour sensibiliser l’opinion publique, et dans le contexte international actuel c’est une très bonne chose.

Mais la France devrait faire un geste fort pour être crédible. Dans les années 1960, elle a réalisé des essais nucléaires, (...)

Article mis en ligne le 8 octobre 2017
dernière modification le 10 octobre 2017
Rubrique : 17 Octobre 1961

Monsieur le Président

Le 15 février 2017, à la chaîne privée Echorouk News , en Algérie, vous déclariez : "La colonisation fait partie de l’histoire française, c’est un crime contre l’humanité, une vraie barbarie…."

Le 5 mai, devant la rédaction de Mediapart, vous avez déclaré : "De fait, je prendrai des actes forts sur cette période de notre histoire…" Nous pensons donc, qu’à l’occasion de ce 56ème anniversaire du crime d’état commis en plein Paris, vous pourriez (devriez ?) ainsi concrétiser cet engagement.

Nous sollicitons de votre bienveillance une audience pour connaitre votre position précise à ce sujet, afin de pouvoir en rendre compte lors du rassemblement prévu le 17 octobre 2017 au Pont Saint Michel à Paris.

Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Président de la République, l’expression de notre haute considération.

Pour le "Collectif du 17 octobre 1961" :
Olivier Le Cour Grandmaison (17 Octobre contre l’Oubli), Samia Messaoudi, Mehdi Lallaoui (Au nom de la Mémoire), M’Hamed Kaki (Les Oranges), Gilles Manceron (Historien, LDH – Ligue des Droits de l’Homme), Renée Le Mignot (MRAP – Mouvement Contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples),Henri Pouillot (Sortir du Colonialisme)

17 octobre 1961 - 17 octobre 2017 56ème Anniversaire - Vérité et Justice

Le 17 octobre 1961, des dizaines de milliers d’Algériens manifestaient pacifiquement à Paris contre le couvre-feu discriminatoire qui leur avait été imposé par Maurice Papon, préfet de police de Paris et le Gouvernement de (...)

Au nom du MRAP et de l’ARAC
Article mis en ligne le 17 octobre 2017
Rubrique : 17 Octobre 1961

Je ne répèterai donc pas ce qu’ont dit les prédécesseurs sur ce terrible massacre du 17 octobre 1961, malheureusement bien connu maintenant, mais toujours pas reconnu pour ce qu’il est : sans doute le plus grand crime d’état commis en France, en plein Paris, avec ces centaines de victimes.

Il faut (...)

Article mis en ligne le 24 octobre 2017
dernière modification le 3 décembre 2017
Rubrique : Editos

Je rappelle la lettre envoyée par le "Collectif du 17 octobre 61" au Président de la République

Objet : Reconnaissance du crime d’Etat

Monsieur le Président

Le 15 février 2017, à la chaîne privée Echorouk News , en Algérie, vous déclariez : "La colonisation fait partie de l’histoire française, c’est un (...)

Article mis en ligne le 15 novembre 2017
dernière modification le 19 juin 2018
Rubrique : Disparition de Maurice Audin

Très impliqué, moralement, psychologiquement, (compte tenu de mon passé comme appelé affecté de juin 1961 à mars 1962 à la Ville Susini) sur les questions des pratiques de la torture dans cette période là, la question de la "disparition" de Maurice Audin reste pour moi un sujet de préoccupation prioritaire.
Militant avec plusieurs responsabilités, j’avais "profité" de la venue à Versailles du Général Pierre de Villiers (alors chef d’état major des armées), parce que j’y étais invité es-qualité de Président départemental de l’ARAC, pour lui remettre une lettre ouverte, en main propre. Le Général Schmitt m’a intenté un procès en diffamation pour y avoir écrit : "La hiérarchie militaire dispose de tous les moyens d’établir la liste des militaires encore vivants qui ont été des témoins directs de cet assassinat et de recouper les divers éléments, témoignages de ce puzzle pour qu’enfin la vérité soit connue. Le Général Maurice Schmitt (qui occupa les mêmes fonctions que vous actuellement, il y a quelques années) était capitaine à l’époque des faits, dans les fonctions d’officier de renseignements. Il rencontrait donc quotidiennement au QG de l’Etat Major d’Alger tous les autres officiers de renseignements du secteur ? Ils se retrouvaient pour faire le point sur leurs "résultats". Le cas de Maurice Audin (comme celui de Henri Aleg) a donc été obligatoirement commenté très largement étant donné l’importance de tels "détenus".

Le procès en première instance s’est déroulé à Marseille le 22 septembre 2015 et a fait droit à ses demandes et m’a condamné pour diffamation. La Cour d’Appel à Aix en Provence a confirmé cette condamnation le 14 mai 2016, (région où réside le Général et où il y est considéré comme une haute personnalité). En juin 2017, mon pourvoi en Cassation a été rejeté. J’ai l’immense sentiment d’avoir été victime d’une profonde injustice, alors que mon seul souci est de faire avancer la nécessaire vérité sur la "disparition" de Maurice Audin. J’ai la très nette impression de ne pas avoir été écouté, que les éléments que j’ai évoqués pour étayer ma bonne foi dans ce dossier n’ont pas été entendus.

En conclusions, ces procédures me coûtent un peu plus de 12.000 € (frais de déplacements, huissiers, avocats adverses, frais de procédure, condamnation...), et encore, mon avocat, militant, a plaidé gracieusement, et avec les intérêts correspondants aux prêts de type révolving que j’ai dû contracter pour m’acquitter de ces frais, cela fera environ 15.000€ (près de 8 mois de retraite).

Alors je livre ces éléments évoqués à votre réflexion, et je remercie à l’avance, bien évidemment tous ceux, toutes celles, qui pourront m’aider, selon leur sensibilité à poursuivre ce combat, ce combat auquel je tiens tant :
a. La reconnaissance par la France de l’institutionnalisation officielle de la pratique de la torture et donc de sa nécessaire condamnation
b. La vérité sur la "disparition" de Maurice Audin
Je compte bien le poursuivre avec d’autant plus de conviction, surtout que 3 militants acharnés eux aussi pour mener, ces combats, viennent de nous quitter récemment : Roland Rappaport (avocat de la Famille Audin depuis 60 ans), François Nadiras (Président de la LDH de Toulon) et Gérard Tronel (Président du Comité Audin)

Contexte :

Je rappelle le contexte dans lequel je suis intervenu publiquement, es-qualité de Président de l’ARAC des Yvelines : c’est après le communiqué important du 18 juin du Président de la République, que je rappelle ici.

"Communiqué de l’Élysée du 18 Juin 2014

Aujourd’hui est remis le Prix AUDIN (...)

Article mis en ligne le 3 décembre 2017
dernière modification le 27 janvier 2018
Rubrique : Editos

Selon la presse algérienne, unanime, Emmanuel Macron est attendu de pied ferme en Algérie le 6 décembre 2017, et tout spécialement sur les questions de mémoire.

Le président Emmanuel Macron confirmera-t-il la position qu’il avait adoptée quand il était en campagne pour la présidentielle française ? (...)

Article mis en ligne le 21 décembre 2017
Rubrique : Torture - Viols

Article de Julia Hamlaoui du Jeudi 21 Décembre 2017 dans l’Humanité

L’ancien appelé d’Algérie, qui avait déserté en 1956 et s’était engagé pour la reconnaissance de la torture, est décédé à l’âge de 83 ans.

Noël Favrelière a rédigé un récit autobiographique, le Désert à l’aube, publié en 1960& aussitôt saisi et censuré. Michel Gangne/AFP

Jeune rappelé dans un régiment parachutiste durant la guerre d’Algérie, il avait été condamné à mort par deux fois pour avoir refusé de participer aux barbaries en cours. (...)

Article mis en ligne le 27 janvier 2018
dernière modification le 18 avril 2018
Rubrique : Disparition de Maurice Audin

Le 18 juin 2014, le Président de la République François Hollande, dans un communiqué déclarait : "Mais les documents et les témoignages dont nous disposons aujourd’hui sont suffisamment nombreux et concordants pour infirmer la thèse de l’évasion qui avait été avancée à l’époque. M. AUDIN ne s’est pas (...)

Article mis en ligne le 1er mars 2018
Rubrique : L’OAS

Article de El-Watan du 01/03/2018 par Tegguer Kaddour

Le wali d’Oran, Mouloud Cherifi, a présidé, hier, une cérémonie de commémoration du 56e anniversaire du carnage commis par la sinistre organisation criminelle, l’organisation armée secrète (OAS), le 28 février 1962, au quartier populaire de Mdina Jdida

Moudjahidine, enfants de chouhada et responsables locaux se sont recueillis devant la stèle érigée sur les lieux du drame à la place Tahtaha, déposant des gerbes de fleurs et récitant la « Fatiha », à la mémoire des victimes de cet abominable acte criminel.

L’attentat a été commis le mercredi 28 février (...)

Article mis en ligne le 18 avril 2018
dernière modification le 13 août 2018
Rubrique : Editos

Lettre ouverte envoyée au Président de la République le 17 avril 2018

Objet : Quelle honte ces « frappes » en Syrie

Monsieur le Président

Témoin de la Guerre de Libération de l’Algérie, comme appelé (de juin 1961 à mars 1962), affecté à la Villa Susini, j’ai eu l’occasion de constater de très nombreuses exactions commises dans cette période par l’Armée Française (en (...)

Mon intervention Place Maurice Audin à Paris
Article mis en ligne le 12 juin 2018
dernière modification le 13 août 2018
Rubrique : Disparition de Maurice Audin

Le 11 juin 1957, il y a 61 ans Maurice Audin était arrêté chez lui par un commando de Parachutistes et il ne réapparaitra jamais.

L’an dernier, le samedi 10 juin 2017, nous étions déjà là, sur cette place, et nous avions espéré avoir une réponse à la lettre ouverte (que j’avais coordonnée au nom du MRAP (...)

Commémoration du 5 juillet 2018 au Passage d’Agen
Article mis en ligne le 8 juillet 2018
Rubrique : Le Passage d’Agen (47)

Reportage de la Dépêche du Midi du 7 juillet 2018 :
" Une commémoration dans la dignité"

C’est ce jeudi 5 juillet que s’est tenue la commémoration du massacre du 5 juillet 1962 à Oran (Algérie) devant la stèle érigée par la municipalité passageoise à la mémoire des militaires et des civils tombés en Afrique du Nord, derrière l’ église St Joseph (Face à la mairie) du Passage d’ Agen.

Mme Rodier (...)

Article mis en ligne le 1er août 2018
Rubrique : Mali -

En novembre 2010, j’ai effectué un voyage au Mali, principalement au Pays Dogon, avec une association « Point Afrique », association participant à des actions humanitaires sur place (dans le prix de notre voyage une participation était inclue pour cela). Nous étions un groupe de 6 touristes, seulement, avec un guide local, ce qui nous a permis des contacts privilégiés avec la population locale, et des échanges formidables. Nous avons parcouru le Pays Dogon : un circuit de Mopty jusqu’au nord, limite du Sahel. Nous avons fait ce voyage dans un gros 4x4 et sur une pinasse, couchant sous tente ou sur un toit de maison. Des rumeurs évoquaient déjà le début des actions djihadistes et nous avons eu de nombreuses discussions à ce sujet. Un groupe de touristes a pu prendre notre suite, et plus aucun voyage touristique n’a été autorisé ensuite.

Pour comprendre la situation de cette région il faut prendre en considération 3 aspects

La situation politique et économique du Mali, très liées, pour lesquelles la France porte une terrible responsabilité

Le contexte social : la pauvreté, le dénuement, ...

L’influence possible des groupes (...)

Article mis en ligne le 13 août 2018
dernière modification le 21 septembre 2018
Rubrique : Editos

A l’exemple du Président des riches qui considère que le versement d’allocations aux personnes les plus démunies est un pognon de dingue, un député versaillais, Jean-Noél BARROT, rendait compte publiquement, le 2 juillet, de son mandat, un an après son élection. Dans l’annonce de cette réunion, il (...)

Article mis en ligne le 21 septembre 2018
dernière modification le 22 janvier 2019
Rubrique : Disparition de Maurice Audin

Monsieur le Président

Témoin de la Guerre de Libération de l’Algérie, comme appelé (de juin 1961 à mars 1962), affecté à la Villa Susini, j’ai eu l’occasion de constater de très nombreuses exactions commises dans cette période par l’Armée Française (en particulier la torture), des crimes contre l’Humanité, (...)

Article mis en ligne le 27 octobre 2018
Rubrique : L’Algérie, le colonialisme, les perspectives politiques

Article / Interview de Louisette Ighilahriz à RFI par Christophe Boisbouvier qui revient sur sa démission et la déclaration de E Macron au sujet de la torture
Tortures en Algérie : "Je remercie E. Macron d’avoir fait un pas, qu’il en fasse d’autres"

Parce qu’elle est contre un cinquième mandat du président Bouteflika à partir d’avril prochain, Louisette Ighilahriz annonce qu’elle démissionne du Sénat algérien. Or cette femme est une grande voix d’Algérie. Pendant la guerre d’indépendance, elle a été torturée par l’armée française. Abdelaziz Bouteflika (...)

Objet : « Grand Débat » : Mémoire / Droits de l’Homme
Article mis en ligne le 22 janvier 2019
dernière modification le 4 février 2019
Rubrique : Editos

Monsieur le Président

Vous avez déclaré souhaiter un grand débat national, sans tabou, dites-vous, MAIS il semble bien que vous ayez déterminé les seuls sujets que vous acceptez puisque vous déclarez : "nous ne reviendrons pas sur les mesures que nous avons prises [...] afin d’encourager (...)

Article mis en ligne le 4 février 2019
Rubrique : Disparition de Maurice Audin

Josette Audin vient de nous quitter à 87 ans, pendant ce week-end du 2 février 2019

Chère Josette, ce départ est, restera, pour moi une profonde douleur.

Pendant 61 ans, Josette tu t’es battue pour connaître la vérité sur l’assassinat de ton mari et pour savoir ce que son corps était devenu. Maurice (...)

Article mis en ligne le 9 février 2019
Rubrique : Disparition de Maurice Audin

En 1996, Mustapha Boutadjine réalisa ce portrait de Maurice Audin, avec sa technique toute particulière

En 2015, Mustapha me demanda un commentaire pour accompagner ce portrait dans le livre qu’il allait éditer "Collage Résistant(s)" où il allait regrouper des dizaines de portraits de Résistant(e)s dont beaucoup d’Algérien(ne)s

Voici le texte A un ami que je n’ai pas connu.

Le 11 juin 1957, l’Armée Française venait à ton domicile, et, devant tes enfants, ta femme Josette, elle t’embarquait. Tu étais devenu prisonnier et tu n’en reviendras pas.

Que te reprochait-on ? Tu étais communiste, et soutenais le mouvement (...)


Le combat de Josette AUDIN

Josette Audin vient de nous quitter à 87 ans, pendant ce week-end du 2 février 2019

Chère Josette, ce départ est, restera, pour moi une profonde douleur.

Pendant 61 ans, Josette tu t’es battue pour connaître la vérité sur l’assassinat de ton mari et pour savoir ce que son corps était devenu. Maurice avait été arrêté le 11 juin 1957, pendant la bataille d’Alger par des parachutistes français. Il ne réapparaîtra pas : une odieuse version officielle, jusqu’en 2014, déclarait qu’il s’était évadé, farce que personne ne pouvait sérieusement croire.

Maurice et toi, militants engagés contre le colonialisme et le racisme, membres du Parti Communiste algérien, vous avez soutenu la lutte d’indépendance d’Algérie. Maurice, "pied noir", étudiant, assistant de la Faculté d’Alger devait présenter sa thèse en mathématiques quelques mois plus tard.

Pendant 61 ans, tu as multiplié les démarches judiciaires et politiques (vers tous les Présidents de la République) pour que la torture pratiquée alors soit reconnue comme "crime contre l’humanité".

ENFIN, le 13 septembre 2018, Emmanuel Macron, es-qualité de Président de la République, reconnaissait que la France avait institutionnalisé le système de torture et il condamnait cette pratique. Il confirmait la torture et l’assassinat de Maurice Audin par les militaires.

ENFIN, ce combat de toute ta vie obtenait une victoire, même si les circonstances exactes de ce meurtre de Maurice, ce qu’était devenu son corps n’étaient toujours pas connus.

Malgré ta fatigue, tu avais tenu à venir à la fête de l’Humanité le lendemain, le 14 septembre pour partager avec les tiens cette formidable victoire politique.

Puis tu étais encore au tout premier rang le 12 décembre dernier lors de la remise du prix de mathématiques "Maurice Audin". Tu voulais que les milliers d’autres disparus d’Algérie, ne soient pas oubliés.

Engagé depuis des dizaines d’années dans ce combat contre la torture, comme toi, je le continuerai tant que je le pourrai, pour que la France reconnaisse et condamne les crimes (d’état, de guerre, contre l’humnité) commis en son nom, et redevienne un pays pouvant revendiquer être celui des droits de l’homme.

Commentaires des visiteurs du site

0 | 5 | 10 | 15

La "disparition" de Maurice Audin ? Un jugement qui interroge
C’est la première fois que j’ai l’occasion de lire ce blog, très bien structuré. Cet article est (...)

Camp de Is-sur-Tille (Côte d’Or)
Bonsoir Monsieur, Je suis tombé par hasard sur cet article qui me touche de près, j’ai vécu au (...)

Intérieur de la Villa
Oui, j’ai eu un certain nombre d’échos à ce sujet. Avant le construction du Monument aux Martyrs (...)

Intérieur de la Villa
Malheureusement cette maison se dégrade comme tant d’autres du patrimoine Algérien. Considérant le (...)

Historique de la Villa Susini
Merci pour ce message,ce témoignage si émouvant Je n’oublierai pas cette dénomination des "titis (...)



puce

RSS

2002-2019 © Henri POUILLOT - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.79.26