Henri POUILLOT
Guerre d’Algérie, Colonialisme...
Descriptif du site
Trappes : les fantasmes d’un professeur
Article mis en ligne le 14 février 2021
dernière modification le 24 février 2021

par Henri POUILLOT
Imprimer logo imprimer

Trappiste depuis 54 ans, je ne puis me taire face à la polémique lancée par ce professeur de philosophie de Trappes. Il n’est pas acceptable qu’un homme soit menacé de mort (et dans le cas de PATY assassiné) pour ces idées, même si elles sont dangereuses pour une cohabitation apaisée.
D’abord une question d’histoire : Trappes comptait jusque vers les années 1965 tout juste 5.000 habitants, vers 1975 elle en comptait environ 30.000. Cet apport de population c’est fait, pour les 9/10, par la venue de travailleurs immigrés enrôlés par cars, trains du Sénégal, Mali, Niger... et du Maghreb essentiellement Algérie et Maroc) pour travailler sur les chaines de montage de voiture (Renault, Simca /Talbot à l’époque, Peugeot,..) et le ramassage des ordures, le bâtiment : c’était les “30 glorieuses”. Un certain nombre de ces travailleurs se sont retrouvés à la retraite avec seulement quelques années de cotisation, la plupart étaient illettrés et c’étaient les enfants qui effectuaient toutes les démarches nécessaires... La moyenne de revenus des familles était l’une des plus basses (sinon LA plus basse) de toute la France, et elle le reste encore aujourd’hui. Ces travailleurs étaient logés dans des HLM, loin de leur lieu de travail, des services de bus les y conduisaient pour faire très souvent les 3x8.
Cette population majoritairement ex-indigènes (puis descendants d’indigènes, ces "issus de l’immigration") a continué à subir le racisme, cette résultante du colonialisme. Je rappelle ce témoignage que j’ai déjà évoqué parfois, dont je me souviens encore comme si c’était hier, alors que cela date d’une trentaine d’années. Un soir d’entraînement une jeune ado (13/15 ans), j’étais alors président du Club de basket, vient me voir en pleurant, lui d’habitude plutôt, turbulent chahuteur en me disant : "tu te rends compte, les flics m’ont contrôlé 4 fois aujourd’hui, pratiquement tous les jours je suis contrôlé, et souvent par les mêmes qui me connaissent m’appellent par mon nom mon prénom pour me demander mes papiers, et j’ai souvent droit à des insultes, mais mes copains blancs avec qui je suis, à eux, on ne leur demande rien. Tu vois il n’y a que 2 endroits où je suis respecté : c’est ici au gymnase et à la mosquée".
Ces contrôles au faciès ne datent pas d’aujourd’hui, et ils ont un terrible effet sur ces victimes qui subissent au quotidien ces discriminations.
Pour l’adoption de la loi sur le voile, un documentaire spécifique a été commandité, diffusé quelques jours avant le débat à l’Assemblée Nationale : il était déjà truffé de contrevérités, avec un fil conducteur : une islamophobie incroyable. J’étais alors président du comité local du MRAP de Trappes / Saint Quentin en Yvelines qui venait d’être recréé depuis 2/3 ans. IL y avait eu tellement de réactions dans la population que j’avais même été invité à la Télévision TVFil 78 (qui rayonne sur les 3/4 du département) et dans le Parisien.
Le livre "La Communauté", il y a 3/4 ans, réalisé par 2 journalistes du Monde fut la seconde charge médiatique importante, avec de nouveau une série de pseudo-reportages contenant aussi des contrevérités, dont certaines reprises aujourd’hui par ce professeur.
Dans ce contexte de stigmatisation, de racisme récurant, de misère, il n’est pas surprenant que ce soit un terreau “favorable” pour écouter le prosélytisme, et de ce fait, il existe obligatoirement une tendance à un repli communautariste, et des jeunes qui tombent dans l’espoir du djihadisme. Certes, dans ce contexte ainsi évoqué on ne peut pas nier que des jeunes, dans une telle difficulté soient partis en Syrie ou ailleurs pour le djihâd, qu’il existe des musulmans vivant à Trappes qui se soient radicalisés, mais entre quelques exceptions et une généralisation, il y a un fossé qu’on ne peut franchir. D’ailleurs je viens de voir sur les commentaires publiés de trappistes que ce jeune que j’évoquais, aujourd’hui père de famille, toujours trappiste, toujours musulman, s’estime révolté par les propos de ce professeur.
Ce 3ème épisode médiatique, avec ce professeur de philosophie Didier LEMAIRE, on retombe dans ces fantasmes de « ville perdue de la République » (expression qu’il emploie). Il utilise une série de contrevérités énormes : aucun salon de coiffure mixte (je vais chez un coiffeur, à côté de chez moi, d’origine marocaine, la majorité de sa clientèle est masculine, mais pas exclusivement), pas de bars acceptant les femmes : c’est également faux. Ces types d’arguments avaient été déjà publiés dans le livre "La Communauté". Sur les réseaux sociaux avaient tourné en boucle des photos du « fameux » café cité en exemple avec des femmes assises avec des hommes à la terrasse de cet établissement. Il évoque les boucheries toutes halal, certes il y en a peut-être la moitié, mais pas une exclusivité, et dans une ville ou sans doute la moitié au moins de la population est d’obédience ou culture musulmane, ce n’est pas anormal. Certains quartiers de Paris où vivent de fortes communautés d’origine étrangères (asiatiques, africaines, maghrébines...) ou religieuses (juives) un trouve, et c’est logique, des spécialités que très souvent apprécient beaucoup des parisiens pour profiter d’une sorte d’exotisme.
Et maintenant, le Maire de Trappes, pour avoir tenté de rétablir la vérité, démontré les mensonges, se trouve lui aussi menacé de mort crée un climat anxiogène difficile dans cette petite ville où la richesse des diversités en faisait aussi son charme.
Ce professeur écrit assez souvent dans “Causeur” (on m’a dit aussi dans Valeurs Actuelles, mais je n’ai pas de certitudes, mais il vient d’y être « honoré » pour ce « combat »), il est membre du "Parti Républicain Solidariste" parti qui trouve que le RN est trop conciliant avec les musulmans.
Après la prestation de Darmanin face à Le Pen, avec l’approche des élections présidentielles, j’ai bien peur que cette islamophobie ne prenne une terrible ampleur !!! Cette course à l’échalote entre ces 2 tendances est très inquiétante. Quand on les entend dire : « vous auriez pu écrire mon livre ou je vous trouve bien modéré... » cette équivalence avouée publiquement laisserait un terrible faux choix lors d’un second tour de présidentielle entre ces 2 tendances si semblables, si dangereuses.

Forum
Répondre à cet article


puce

RSS

2002-2021 © Henri POUILLOT - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.79.26