Henri POUILLOT
Guerre d’Algérie, Colonialisme...
Descriptif du site
Inauguration du Rond-point "De la Chapelle"
Article mis en ligne le 8 juin 2019

par Henri POUILLOT
Imprimer logo imprimer

Une date symbolique

Le 7 juin 2019 le Maire d’Orange (le mari de la maire de Bollène responsable de la Ligue du Sud) Jacques Bompart a inaugureé un rond-point Lieutenant-Colonel Charles-Gilbert de la Chapelle ce putschiste, qui à la tête du 1er Régiment de Cavalerie avait tenté ce coup d’état d’Avril 1961. Ce Régiment de la Légion Etrangère (qui « abritait » d’anciens nazis venus s’y « réfugier » pour échapper aux procès) s’était distingué déjà en Indochine, puis en Algérie par le zèle de ses tortionnaires, sa barbarie. Mais cette date est tout un symbole expliqué par ce maire : le 7 juin 2019 sera le 57ème anniversaire de l’exécution de Claude Piegts et Alber Dovecar : condamnés à la peine de mort le 30 mars 1962 aux termes d’un jugement rendu au nom du peuple français par le Tribunal militaire de Paris : le premier (Dovecar Albert, sergent déserteur du 1er REP), pour avoir assassiné le Commissaire Central d’Alger Gavoury Roger et ce avec guet-apens ; le second (Piegts Claude, agent d’assurances) pour s’être rendu complice de l’homicide volontaire commis avec guet-apens sur la personne de Gavoury Roger au nom de l’OAS.

On peut s’étonner que les Préfets, relais locaux des pouvoirs publics laissent faire de tels ignominies. Dans d’autres circonstances, ils sont intervenus pour refuser certaines inscriptions sur des plaques commémoratives installées sur l’espace public : pourquoi, dans ces cas précis ont-ils laissé faire ?

En effet il y a 3 principes républicains mis en cause dans ces cas :
-  La tradition française veut que ce soient les dates de cessation des conflits (armistices, capitulation, cessez-le-feu...) qui soient commémorées même si après la fin du conflit considéré des faits douloureux se sont encore déroulés.
-  Honorer des personnes ayant été condamnés à mort, exécutés pour leurs crimes commis au nom d’une organisation terroriste est inconcevable.
-  Honorer des militaires ayant tenté de renverser la République française, même s’ils ont été amnistiés par la suite, est une très indécente leçon de civisme, de respect des institutions de la nation. Comment, ensuite, ne pas penser que cela est un exemple pour favoriser tous les incivismes...

Article de "Vaucluse Matin"


Le maire d’Orange Jacques Bompard aux côtés d’Adalberte de La Chapelle, l’épouse de l’ancien chef de corps. Photo Le DL/Eugénie MOURIZARD

Le giratoire situé à l’entrée sud d’Orange, sur la RN7, porte désormais le nom de l’ancien chef de corps du premier régiment étranger de cavalerie de 1960 à 1961, qui a participé au putsch d’Alger.

L’épouse du lieutenant-colonel Charles-Albert de La Chapelle et huit de ses treize enfants avaient fait le déplacement aux côtés d’un détachement de légionnaires.

Le choix de cette dénomination avait suscité le débat au dernier conseil municipal.

P.S. :

Cette inauguration est vraiment un symbole extraordinaire :
- A ce rond-point arrive la rue Arnaud Beltrame, ce gendrame, ce héros, qui se sacrifiat pour sauver des otages.
- Ce rond-pont est inauguré à une date anniversaire se devant d’honorer l’exécution de 2 tueurs ayant assasssiné le commissaire central d’Alger en 1961 (équivalent d’un préfet de police de Paris).

Quel affront pour ce gendarme

Quel scandale !!! inqualifiable de la part d’un maire .

Forum
Répondre à cet article


puce

RSS

2002-2019 © Henri POUILLOT - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.79.26