Henri POUILLOT
Guerre d’Algérie, Colonialisme...
Descriptif du site
Quel état d’urgence ?
Article mis en ligne le 15 novembre 2015
dernière modification le 20 novembre 2015

par Henri POUILLOT
Imprimer logo imprimer

Ces attentats du 13 novembre à Paris sont ignobles. Visant prioritairement des jeunes, sans aucune distinction, ces massacres ne peuvent que générer une colère bien justifiée C’est avec beaucoup de compassion que l’on peut adresser de sincères condoléances aux familles des victimes et leur apporter le soutien nécessaire. Après le terrible épisode de janvier dernier, 10 mois plus tôt, ce nouveau drame vient interpeller toute la population française, et même l’hyper médiatisation de l’émotion légitime de nos concitoyens risque bien de profiter à une exploitation politique dangereuse.

Mais au delà de cette tragédie nous devons nous interroger sur trois plans :
- Les politiques de mondialisation impérialiste, déstructurant les états.
- La Politique Française (intérieure et étrangère) est-elle appropriée ? n’aurait-elle pas généré elle-même le ferment de ces catastrophes.
- L’état d’urgence décrété par le Président de la République est-il la réponse la mieux appropriée ?

Les politiques de mondialisation impérialiste, déstructurant les états.

Depuis des années, l’impérialisme mondial joue à un jeu explosif.
La conception de la Guerre des civilisations, si chère à Georges Bush, reste d’actualité, plus ou moins avouée, "justifiée", "rebaptisée" contre l’islam radical. Elle permet de "couvrir" des opérations de déstabilisation des états. Le but essentiel étant le contrôle des réserves du pétrole dans cette zône du Moyen Orient.
Il faut se souvenir du rôle de la CIA pour "aider" les talibans en Afghanistan à rejeter la présence soviétique. Et puis les USA, avec quelques alliés, ont tenté de mettre en cause ces mêmes talibans auxquels ils avaient donné les clés du pouvoir. Malgré des années de guerre, ils sont plus que jamais aux commandes du pays. C’est bien une démonstration concrète, que ce ne sont pas avec les armes que l’on peut imposer la démocratie à un peuple : avec le chaos ainsi organisé, le terrain est devenu propice pour l’instauration d’un régime autocratique, dictatorial.

Les conflits aux Balkans, attisés par les interventions extérieures, n’étaient pas de nature à éteindre un foyer de tension.

Et puis ce sont les interventions en Irak, en Libye, en Syrie...elles sont la cause essentielle de la création de Daesh, avec les conséquences catastrophiques. Une interrogation de taille se pose. Comment Daesh parvient à écouler son pétrole devant lui rapporter de milliards de dollars ? Comment parvient-il à se procurer l’armement dont il dispose ? Une partie vient certes de la "récupération" en Irak et en Syrie, mais qui lui vends le complément. Étant donnés les montants énormes de ces flux financiers, il doit être possible d’identifier les protagonistes.

Le laisser faire pour l’État Israélien pouvant poursuivre sa politique d’apartheid face au Peuple Palestinien, malgré les résolutions de l’ONU non respectées, est catastrophique.

Cette poudrière entretenue dans ce secteur du Moyen Orient ne peut que générer des troupes de terroristes.

Politique Française

Sur le plan international
La politique française de caractère colonialiste porte ses fruits. La France, en jouant un rôle de gendarme du monde, voulant rivaliser avec les USA ou la Russie, est considérée, dans de nombreux pays comme un envahisseur, un occupant. Ce rejet naturel, favorise un recrutement de mouvements de résistance.

La politique de Françafrique lancée par De Gaulle, poursuivie depuis les indépendances "juridiques" avec des formes à peine différentes, par TOUS les gouvernements depuis cette période (droite et socialistes), en étranglant économiquement les états africains (comme la dévaluation de 50% du franc CFA) est à l’origine du chaos dans toute cette région du monde. Avec le soutien de dictateurs maintenus en place pour permettre à des entreprises, dites françaises, de piller les ressources nationales en maintenant la population dans une misère structurelle, comment ne pas inciter des révoltés qui ne peuvent plus accepter cette domination humiliante de rejoindre les groupes terroristes. L’exemple du Mali est significatif. La France joue un terrible jeu avec les marionnettes qu’elle met en place, remplace à la moindre velléité de la moindre émancipation comme aux Congo (Ali Bongo et Denis Sassou-Nguesso) ou en Burkina Faso, Côte d’Ivoire,......

Son rôle en Irak, en Libye, en Syrie... de gendarme de ce Moyen Orient voulant définir à la place des peuples de ces pays quels doivent être leurs dirigeants, leur politique, en fait a permis de déstabiliser ces états et ces chaos orchestrés sont à l’origine de la création de Daesh

Sur le plan intérieur
Des séquelles du colonialisme perdurent. Personne ne pense à considérer que Nicolas Sarkozy ou Manuel Valls sont "issu de l’immigration" !!! Et pourtant !!! Cette expression, ancrée dans le langage quotidien relève bien du subconscient colonialiste. Ceux (celles) qui en sont qualifiés, sont ceux dont des ascendants ont eu des origines d’ "indigènes" : prénoms ou noms, couleur de peau "trahissant" une origine de colonisé. Même s’ils ne connaissent pas le pays de ces ancêtres, que leurs parents, et parfois plusieurs générations sont nés en France métropolitaine, eux, n’ont toujours pas le droit d’être des français à part entière. Ils sont discriminés, de génération en génération, discriminés pour l’emploi, discriminés pour le logement, discriminés pour les carrières, sans cesses contrôlés au faciès par la police, quand ils ne sont pas systématiquement tutoyés, ce tutoiement jadis employé dans les colonies envers les "indigènes". Alors ne faut-il pas s’étonner que les jeunes, dont on conteste l’entière citoyenneté française, qui ne se sentent respectés qu’à la mosquée, ne se trouvent pas attirés par une soif de religion, et peuvent plus facilement basculer vers un radicalisme où ils se trouvent enfin valorisés !!!

Les amalgames entre islam et le pseudo "islam radical", permettent d’entretenir une islamophobie propre à pousser vers le radicalisme certains musulmans. Le racisme qui s’est trouvé banalisé par le sarkozisme avec le ministère de l’Identité nationale et le débat qui en découlé a libéré une parole porteuse de haine. Ces nouveaux attentats vont inévitablement être des occasions de relance de l’islamophobie. 2015, année déclarée de lutte contre le racisme a vu des associations comme le MRAP ou la FASTI... mises en difficulté par la suppression ou la diminution de subventions de l’état : quelle cohérence politique !!!

Décision de l’État d’Urgence.

Cette disposition instaurée pendant de la Guerre de Libération de l’Algérie met à mal les libertés démocratiques fondamentales de notre pays. Elle présentent un caractère profondément antirépublicain.

On constate bien que l’accumulation des lois sécuritaires censées résoudre ces dérives terroristes se révèle totalement inefficace, tandis que nos libertés sont mises à mal. Les nouvelles annonces de cet "état d’urgence" que le pouvoir politique semble vouloir réactualiser et étendre, non seulement ne règleront rien point de vue sécurité parce que la seule solution est la remise en cause de la politique source de cette situation.

Prendre cette mesure d’état d’urgence, et pire vouloir la poursuivre selon les propos prêtés au Premier Ministre, c’est en fait donner un gage à Daesh, dont l’objectif principal est justement de tenter de créer un climat de panique dans notre pays. Interdire les manifestations, rassemblements, fermer les salles de spectacle, magasins,... c’est le but annoncé par cette mouvance terroriste.

Ce ne sont pas quelques militaires de plus, déambulant dans les halls de gare ou d’aéroport, ou dans les rues, qui peuvent être un sérieux élément de sécurité. Le terroriste ou le guetteur du commando terroriste adaptera sa progression en fonction du déplacement de la patrouille. Et, même si cette surveillance "découvrait" un acte concret entrain de se réaliser, est-ce que les militaires ouvriraient le feu ? Quel carnage alors !!! Ce n’est pas avec quelque deux ou trois milliers de militaires supplémentaires (comme les informations l’ont annoncé) que les patrouilles seront plus nombreuses, visibles et apporteront une sécurité. C’est tenter de semer l’illusion.

Des propositions fusent, proposant de généraliser les services privés de vigiles. Avec une multiplication de ces mesures, comment pouvoir s’assurer de la formation, de l’efficacité de telles entreprises ? Comment s’assurer que des terroristes ne vont pas être embauchés, et être ainsi en place, en toute tranquillité pour organiser le moment venu leur attentat. Non les services de police, de sécurité de l’État ne doivent relever que du service public, de la police ou gendarmerie nationales.

Cette procédure "d’État d’Urgence" entretient une illusion sécuritaire, et pire, elle ne peut qu’engendrer un climat de peur, d’insécurité,... un encouragement pour Daesh de poursuivre sa basse besogne !!!

Forum
Répondre à cet article


puce

RSS

2002-2017 © Henri POUILLOT - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.79.26