Henri POUILLOT
Guerre d’Algérie, Colonialisme...
Descriptif du site
Le FN et sa nostalgie du colonialisme, de l’OAS
Article mis en ligne le 8 novembre 2015
dernière modification le 15 novembre 2015

par Henri POUILLOT
Imprimer logo imprimer

Après le Maire de Béziers, Robert Ménard, c’est le Maire de Beaucaire, Julien Sanchez, qui se distingue. Tous deux, portant "fièrement" les couleurs du Front National, envoient donc un message très éclairant sur leur nostalgie du racisme, du colonialisme, de l’OAS

A Béziers, Robert Ménard ne rate pas une occasion, depuis qu’il est élu maire de cette ville, de "glorifier" les tueurs de l’OAS qui, selon lui, dispensaient les "aspects positifs" du colonialisme. Désormais c’est régulièrement qu’il va se recueillir, en compagnie du député "Les Républicains" Elie About devant la stèle du cimetière "honorant" les 4 assassins de l’OAS condamnés à mort et fusillés pour leurs crimes commis à cette époque.

Il débaptisa la rue du "19 mars 1962" en rue du Commandant Elie Denoix de Saint Marc, ce putschiste qui tenta de renverser la République Française en Avril 1961. Quel symbole républicain !!!

Hélas, à Béziers, les alertes sont nombreuses, et l’exemple du fichage des enfants présumés musulmans reste un exemple significatif des risques à venir.

A Beaucaire, Julien Sanchez cherche à rivaliser. La "rue du 19 mars 1962" deviendra, le 29 novembre prochain la "rue du 5 juillet 1962 Massacre d’Oran". Ce geste est presque pire que celui de Béziers. La convention républicaine française veut que notre pays commémore la date à laquelle a été signé l’accord de fin du conflit, même si l’on sait bien que, après cette date symbolique, des drames ont pu encore se jouer. Mais là, retenir la date du 5 juillet est ignoble, parce que c’est à cause de la politique de terre brulée menée par l’OAS, refusant le cessez-le-feu multipliant les attentats, provoquant, avec ses commandos les troupes officielles de l’ALN venant prendre ses fonctions en ce jour de déclaration de l’indépendance de l’Algérie (approuvée très massivement par tous les Algériens) que ce drame se noua à Oran. l’OAS en porte la principale responsabilité.

Certes des dizaines de pieds noirs sont morts et disparus dans ce drame, et l’on ne peut que comprendre et partager la douleur des familles ainsi touchées, mais jamais ces nostalgiques de l’Algérie française, de l’OAS n’ont eu un seul mot de compassion pour les centaines d’Algériens et leurs familles victimes des attentats aveugles des commandos de tueurs de cette organisation terroriste.

Contester la date du 19 mars, c’est faire preuve de révisionnisme historique.

On vois bien, par ces gestes, que le FN cultive sciemment ses racines racistes de cette période, initiées par son fondateur Jean-Marie Le Pen. Est-il nécessaire de rappeler qu’élu député sur une liste poujadiste, d’extrême droite, il démissionna, en 1956, pour reprendre ses habits de para afin aller "casser du bougnoule" (selon son expression) ? Il sévit pendant plus d’un an à la "célèbre" Villa Susini, comme tortionnaire. Il se vanta d’ailleurs, plus tard, d’être fier d’y avoir été décoré, pour ces forfaits, dans ses jardins.

La nostalgie du colonialisme fondé sur le racisme, reste donc intacte. A quelques semaines des élections régionales, ce message est une alerte que devaient entendre les Français. On a vu comment le racisme, instauré en institution, a permis au nazisme de se développer. Et cela est d’autant plus inquiétant quand l’on constate la porosité entre certain(e)s "Les Républicains" et certain(e)s frontistes et leurs idées.

Forum
Répondre à cet article


puce

RSS

2002-2017 © Henri POUILLOT - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.79.26