Henri POUILLOT
Guerre d’Algérie, Colonialisme...
Descriptif du site
René Vautier, le Chaoui de Bretagne
Article mis en ligne le 14 janvier 2015

par Henri POUILLOT
Imprimer logo imprimer

Un ami cher vient de nous quitter


René Vautier n’a cessé de se battre pour des idées de justice A 15 ans il entre dans la résistance et il sera décoré de de la Croix de guerre à 16 ans, puis à l’ordre de la Nation par Charles de Gaulle pour faits de Résistance en 1944.

Puis le fait marquant sera la réalisation du film "Afrique 50", réalisé à la demande de la Ligue de l’Enseignement. Ce sera une dénonciation de la colonisation. Ce film réalisé sans les autorisations légales de l’époque sera interdit et vaudra un an de prison à son auteur. Les images prises sur le vif, en 1950, démontre certes que le colonialisme est positif pour les multinationales qui exploitent les richesses locales mais réduisent à quasi situation d’esclaves les indigènes de ces colonies. Cette œuvre restera une référence pour réclamer la condamnation du colonialisme.

Une autre qui marquera René, c’est son engagement au côté des Algériens dans leur lutte pour l’indépendance au côté du FLN. En en ffet il rejoint l’Algérie, clandestinement par les maquis dès 1956.Il tourne dans les Aurès Némentchas, ainsi qu’à la frontière tunisienne, filmant les maquisards de l’ALN. Au printemps 1958, il se rend au Caire, où est basée la direction du FLN pour y montrer "Algérie en flammes" son film sur la lutte de l’ALN.

En 1973 il fera une grève de la fin de 31 jours pour contester le refus de visa pour le film documentaire de Jacques Panigel "Octobre à Paris" consacré au massacre du 17 octobre 1961 par les forces de police sous les ordres de Maurice Papon.
Ces films, "Une nation, l’Algérie", (pur lequel il sera pour poursuivi pour atteinte à la sûreté intérieure de l’État pour une phrase du film : "L’Algérie sera de toute façon indépendante"), "L’Algérie en flammes", Un peuple en marche" relateront la marche de l’Algérie vers son indépendance. Puis cette autre référence "Avoir 20 ans dans les Aurès" connaîtra lui aussi une sortie difficile dans les salles.

"Les trois cousin", fiction tragique sur les conditions de vie de trois cousins algériens à la recherche d’un travail en France recevra l’Award pour le meilleur film pour les Droits de l’Homme à Strasbourg en 1970.

Il réalisera également des documentaires sur la pollution, l’apartheid…

René, ce sera une vie entière engagée, caméra au poing pour mener des combats pour survivre et pour donner un sens au mot justice. Sa dernière bataille, il l’a livrée contre la maladie contre laquelle il a résisté longtemps et courageusement (comme à son habitude).

René, nous ne pourrons t’oublier pour tout ce que tu as fait.

P.S. :

Quand j’étais à Alger le 1er novembre 2014, à l’occasion du 60ème anniversaire du déclenchement de la Guerre de libération plusieurs amis algériens m’ont demandé de lui transmettre leurs amitiés (là bas, ce Chaoui, c’est un héros). Je n’ai pas pu les lui transmettre de vive voix.

Ces 10 dernières années ,j’ai eu l’occasion de participer avec lui à plusieurs débats sur la Guerre d’Algérie, je garderai un formidable souvenir de son sourire, de son amabilité, de ses plaisanteries sur sa santé

Forum
Répondre à cet article


puce

RSS

2002-2017 © Henri POUILLOT - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.79.26