Henri POUILLOT
Guerre d’Algérie, Colonialisme...
Descriptif du site
La torture, une actualité brulante
Article mis en ligne le 11 décembre 2014
dernière modification le 25 décembre 2014

par Henri POUILLOT
Imprimer logo imprimer

Chez les "Le PEN" : un gêne qui se transmet !!!

Au Front National, c’est une conception politique

Marine Le PEN vient de dévoiler ses origines génétiques transmises par son père.
Après avoir participé à la Guerre d’Indochine avec le costume des Paras, en effet, dès son retour, Jean-Marie Le PEN, élu jeune député en 1956, sur les listes poujadistes, il démissionnera de son mandat pour aller "casser du bougnoule", selon son expression. Il reprend ses habits de lieutenant parachutiste pour participer,, comme officier de renseignement, à la Bataille d’Alger. C’est à la Villa Susini qu’il aura sa base pour mener son activité de tortionnaire. Ses victimes le présenterons comme un officier cruel.

Lors du procès qu’il intenta au Journal le Monde (à la suite de son arrivée au second tour de l’élection présidentielle) lors de la séance d’appel, il déclarera être très fier d’avoir reçu ses décorations relatives à ses "exploits" pendant la Guerre d’Algérie dans les jardins de la Villa Susini : une consécration, en somme !!!

Marine Le PEN, sa fille, elle vient de se distinguer en déclarant "dans certains cas, il peut être utile de recourir aux moyens qu’on peut pour faire parler , a expliqué la patronne du Front national.
La torture utilisée dans certains cas, comme le renseignement anti-terroriste ? Marine Le Pen ne condamne pas. Invitée de BFM-TV sur le rapport américain détaillant des sévices infligés par la CIA à des suspects de terrorisme, la présidente du FN n’y voit pas de polémique. "Moi, je ne condamne pas" , dit-elle. "Sur ces sujets-là, il est assez facile de venir sur un plateau de télévision pour dire : ’hou la la ! C’est mal" ’, a-t-elle lancé à Jean-Jacques Bourdin.
Pour elle, "oui, oui, bien sûr", la torture peut être utilisée dans certains cas. "Cela a été utilisé dans l’Histoire", poursuit-elle. "Moi je crois que les gens qui s’occupent de terroristes et accessoirement de leur tirer des informations" qui "permettent de sauver des vies civiles, sont des gens qui sont responsables", a déclaré la présidente du parti d’extrême droite. "Il peut y avoir des cas, permettez-moi de vous dire, quand une bombe -tictac tictac tictac - doit exploser dans une heure ou deux et accessoirement peut faire 200 ou 300 victimes civiles, où il est utile de faire parler la personne". Même sous la torture, relance le journaliste ? "Avec les moyens qu’on peut".

Gilbert COLLARD défend la torture comme "recours ultime" pour "sauver des vies". Sur i-Télé il a cautionné ce type de sévices dans certaines situations : "C’est vrai que la torture doit être le recours ultime quand il faut sauver des vies, la torture pour la torture, c’est ignoble, mais cette espèce de lâcheté qui consiste à dire : Tant pis que les innocents meurent pourvu que j’ai les mains propres…” "Si pour sauver vingt, ou dix, ou deux ou une vie, je dois malmener un tortionnaire, je le fais, je le fais avec dégoût, mais ces choix sont absolument courageux", a-t-il soutenu : "On ne peut pas être pour la torture. La seule chose qu’on peut dire, c’est qu’à un moment, on a un problème de choix : on laisse mourir des innocents, ou on fait tout ce qu’on peut pour savoir où est la bombe."

Marine Le PEN a beau, ensuite, de tenter de minimiser ses propos, évoquant une "interprétation malveillante", s’étant rendue compte des réactions généralisées, ce sont les concepts NATURELS du FN qui, spontanément s’étaient exprimées.

Ce sont les arguments entendus, sans cesse, par les Aussaresses, Bigeard, Massu et autres tortionnaires pendant la Guerre d’Algérie...

Ce rapport de la CIA pour Guantanamo

C’est accablant !!! C’était un secret de polichinelle que dans cette prison des détenus avaient subi les pires tortures de même nature qu’à Abou Ghraib avec ses photos vidéos qui avaient circulé montrant l’horreur des pratiques américaines.
N’oublions pas qu’une loi américaine avait été votée "encadrant" les pratiques qui pourraient être autorisées.
La France avait envoyé ses Aussaresses, Trinquier, Lacheroy, les meilleurs spécialistes mondiaux pour former les amées américaines à ses pratiques.

La France n’a toujours pas reconnu et condamné ses responsabilités en la matière.

Pendant les guerres coloniales, notre pays a largement eu recours à ces pratiques, toute la Guerre d’Algérie, mais pas seulement.A ce jour, les plus hautes autorités sont restées muettes à ce sujet.
L’un des derniers scandales concerne l’Affaire Audin. Le Président de la République a bien reconnu récemment (17 juin 2014) que Maurice Audin ne s’était pas évadé mais était mort en détention !!! La torture n’a toujours pas été reconnue à son égard. Comment est-il mort ? Qu’est devenu son corps ?

Parce que j’ai remis une lettre ouverte à Pierre Devilliers (Chef d’État Major des Armées, donc premier militaire de France) et que j’y évoquais la nécessité que les témoignages "concordants", selon le communiqué élyséen, soient connus, afin de connaître toute la vérité concernant l’assassinat de Maurice Audin, je vais me retrouver dans quelques jours au Tribunal de Marseille cité pour diffamation par le Général Schmitt !!!

Il est plus que temps que la France reconnaisse et condamne ses responsabilités dans ces domaines, avant de donner de nouvelles leçons de droits de l’homme.

Forum
Répondre à cet article


puce

RSS

2002-2017 © Henri POUILLOT - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.79.26