Henri POUILLOT
Guerre d’Algérie, Colonialisme...
Descriptif du site
Robert Ménard, maire de Béziers : Une honte !!!
La commémoration du 5 juillet 1962 : un prétexte révoltant, sur-réliste !!!
Article mis en ligne le 9 juillet 2014

par Henri POUILLOT
Imprimer logo imprimer

Voici le discours de Robert Ménard, Maire de Béziers, prononcé lors de la cérémonie commémorative des Massacres d’Oran du 5 Juillet 1962 :

"Monsieur le Ministre, Monsieur le député, Mesdames et messieurs les élus, Messieurs les présidents d’association Mesdames, Messieurs,
Il est des commémorations sèches, intellectuelles, administratives. Des officiels se rassemblent pour célébrer un événement lointain, symbolique, et qui, parfois ne reste vivace dans la mémoire collective que par la grâce d’un jour férié. Et puis, ensuite, un apéritif est servi et l’on parle d’autre chose.
Ce n’est pas le cas aujourd’hui.
Aujourd’hui, nous sommes rassemblés devant cette stèle à la gloire des morts pour l’Algérie française afin de commémorer un événement de sang et de chair. Ce sang coule toujours et cette chair palpite encore. Nous sommes ici parce que voici 52 ans des centaines des nôtres ont été tués dans des conditions atroces, livrés à leurs bourreaux dans l’indifférence du gouvernement d’alors. Et nous ne voulons pas les oublier, nous ne voulons pas oublier.
Nous sommes ici au nom de ce tout ce que nous devons à nos familles, à notre histoire. Et je pense à mon père qui, ce jour-là, a échappé à la mort de justesse.
Nous sommes ici malgré le silence de l’État français si prompt à se préoccuper de massacres sous d’autres latitudes, à donner des leçons à la terre entière.
Nous sommes ici pour dire que, oui, les Français d’Algérie ont, eux aussi, un droit à la mémoire. Que leurs souffrances sont d’autant plus insupportables qu’elles leur ont été infligées à cause de la passivité de leur propre État, de leur propre gouvernement.
Nous sommes ici parce que voici 52 ans, jour pour jour, des centaines de Français d’Algérie étaient livrés sans défense à Oran au couteau des égorgeurs.
Rappelons-nous.
Il y a 52 ans, à la même heure, une manifestation immense de musulmans se répand dans le centre d’Oran pour célébrer l’indépendance. L’armée française a pour ordre de rester dans ses casernes. Le maintien de l’ordre a été abandonné au FLN.
À midi dix, exactement, les rapts d’Européens vont commencer. A midi trente, une foule hystérique va envahir la poste et égorger comme des moutons tous ses employés européens, kidnapper des dizaines d’hommes et de femmes que la fatalité a conduit là.
À treize heures, la chasse à l’Européen est générale : enlèvements, viols, égorgements, mutilations, pendaisons à des crocs de bouchers, etc.
Outre les Européens, tous les musulmans considérés comme partisans de l’Algérie française sont systématiquement tués dans des conditions d’une barbarie inouïe. À Oran, comme ailleurs par la suite, les harkis vont payer un tribut effroyable à la haine démente du FLN.
Ce 5 juillet 1962, pendant des heures, c’est le massacre généralisé, c’est l’enivrement de la vengeance. Ce sont des scènes de rafles, de tortures. Ce sont des abominations absolues. L’Algérie indépendante se baptise dans le sang.
Le soir même, le général De Gaulle apparait à la télévision pour annoncer l’indépendance de l’Algérie. Les Français de métropole viennent de rentrer de la plage. Les pieds-noirs, eux, vont prendre le bateau et quitter leur maison pour toujours.
Presque tout le monde s’en moque. Et, depuis 50 ans, rien n’a changé.
Quel Français de 2014 connait cet événement ? Quel film, quel téléfilm a été consacré à ces massacres ?
Aucun.
Pour les pieds-noirs, c’est la triple peine. Egorgés par les tueurs du FLN. Chassés de leur sol natal.
Condamnés à perpétuité par la bien-pensance de la gauche et la lâcheté de la droite.
Le 5 juillet 1962 est un jour de deuil. C’est aussi un jour de honte pour ceux, pour tous ceux qui ont couvert ces assassinats de leur silence.
J’ai écrit un livre en 2012 dont le titre était « Vive l’Algérie française ! ». Je suis fier de ce livre. Les victimes d’Oran sont le dernier épisode d’une histoire de 132 années à propos de laquelle le mensonge est quasi permanent. Or, disons-le clairement, sans la France, pas d’Algérie !
C’est la France qui a donné une existence à ce qui n’était qu’une juxtaposition de tribus vaguement gouvernées par les Turcs.
C’est la France qui a mis fin aux épidémies de choléra qui ravageaient les douars indigènes avant 1830.
C’est la France qui a permis qu’en cent ans, la superficie des terres cultivables appartenant aux musulmans soit doublée.
C’est la France qui scolarisait, en 1960, 75 % des enfants musulmans, chiffre unique dans toute l’Afrique à cette époque.
C’est la France qui a donné à l’Algérie 23 ports, 32 aérodromes, 4 500 kms de voies ferrées etc.
Les Français d’Algérie étaient les plus grands patriotes de notre pays. Leurs pertes lors de la dernière guerre mondiale le prouvent. Elles ont été supérieures aux pertes métropolitaines ou musulmanes.
C’est en pensant à leur histoire, c’est en songeant à leurs sacrifices et à leur exemple, c’est en souvenir de mon père, que je conclurai par le seul cri digne d’un Français, digne de l’histoire de l’Algérie française, de son œuvre et de ses morts : Vive la France !"


C’est donc devant la stèle où figure les 4 portraits des 4 condamnés à mort pour leurs crimes commis(1) au nom de l’OAS et fusillés et aux côtés du Député UMP Elie About qui se prétend héritier de De Gaulle que le nouveau maire de Béziers élu du Front National Robert Ménard prononça cet odieux discours.

Les routes, les aérodromes, les voies ferrées ce n’était pas pour les FSNA (Français de Souche Nord Africaine) mais essentiellement pour les colons pour les entrepises qui s’enrichissaient en faisant suer le "burnous" aux "bougnoules" pour reprendre les termes de l’époque. Et il n’y avait que 15% et non 75% d’enfants musulmans scolarisés, et seulement dans les villes, dans les campagnes il n’y en avait pas.
Monsieur Ménard oublie seulement de dire que les réactions algériennes ayant provoqué les morts sont la conséquence de l’activité de l’OAS, en particulier à Oran, ayant fait des centaines de morts avant, et provoquant les militaires algériens entrant dans la ville.

P.S. :

Cette politique de haine n’est certainement étrangère à ces réactions

La photo a été prise quelques jours avant cette odieuse cérémonie. Cette inscription se trouve sur la D 64 entre la sortie de l’autoroute Béziers Ouest et Vendres, au kilomètre 15. « LES ARABES DEHORS « est écrit sur la chaussée à la peinture blanche.
Cela rappelle celle d’il y a un plus d’une vingtaine d’années « Les Arabes au four crématoire ». Ainsi va notre monde. La haine contre tout ce qui est au-dessous de soi sert d’exutoire au mal être de chacun.
La crise nourrit l’idéologie fascisante, raciste, xénophobe… Les dernières échéances électorales au cours desquelles nous avions enregistré dans les communes du Biterrois des scores du Front National pouvant aller de 30 à 40 % sont dans cette logique.

Forum
Répondre à cet article


puce

RSS

2002-2017 © Henri POUILLOT - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.79.26