Henri POUILLOT
Guerre d’Algérie, Colonialisme...
Descriptif du site
La trahison
Article mis en ligne le 2 avril 2014
dernière modification le 11 avril 2014

par Henri POUILLOT
Imprimer logo imprimer

François Hollande trahit toutes les espérances placées par les Français qui l’ont élu en mai 2012 !!!

Le slogan de sa campagne était : "Le changement, c’est maintenant !!!". Beaucoup d’électeurs y ont cru, heureux de se débarrasser du sarkozisme.

Le chômage a continué de progresser, naturellement, parce que les mesures prises depuis près de 2 ans ne peuvent qu’aggraver la situation. Pire, le "pacte de compétitivité" qui devrait être mis en place dans les prochains mois va encore considérablement accentuer cette progression, en accordant de nouveaux cadeaux aux entreprises permettant d’augmenter les dividendes, en précarisant davantage les emplois. L’austérité, crédo politique mis en place, ne peut que casser la croissance, aggraver la crise économique... Nombre d’électeurs se sentant trahis, se sont réfugiés dans l’abstention : ils ont eu tord, leur non expression n’a pas condamné cette politique.

Au sortir des élections municipales, le pouvoir a déclaré "avoir entendu le message sorti des urnes". Ce n’est pas le jeu des chaises musicales à laquelle on vient d’assister qui va permettre de changer de cap. Bien au contraire, la nomination du premier ministre, celui qui, dans son ministère de l’intérieur, a fait "mieux" que sous le sarkozisme (expulsion des sans papiers, "chasse" aux Roms... ) contestation des 35 heures,... est un signe fort que la politique de reniement des promesses présidentielles va encore s’accentuer. Le message politique est clair, continuer le pacte de responsabilité, une perspective catastrophique, et en prime un nouveau pacte de "solidarité". Cette initiative annoncée serait une réduction des "charges salariales". Mais les cotisations ne sont qu’un salaire différé (retraite, sécurité sociale... ), et donc, si elles sont réduites, ce seront des couvertures diminuées pour les salariés.

C’est préparer le retour de la droite la plus extrême au pouvoir à la fin de ce quinquennat si une expression populaire assez forte ne se fait pas entendre.

La manifestation du samedi 12 avril prochain (14h Place de la République à Paris, et dans de nombreuses villes de province) doit être un succès pour contester l’austérité en marche.

Forum
Répondre à cet article


puce

RSS

2002-2017 © Henri POUILLOT - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.79.26