Henri POUILLOT
Guerre d’Algérie, Colonialisme...
Descriptif du site
Utilistion du gaz pendant la Guerre d’Algérie

Après avoir diffusé le témoignage sur les tests du gaz sarin pendant la Guerre d’Algérie, un autre témoignage m’est parvenu

Article mis en ligne le 22 octobre 2013

par Henri POUILLOT
Imprimer logo imprimer

Ce témoignage évoque donc l’utilisation du gaz, non pas seulement pour le tester, mais pour tuer !!!!

J’étais affecté pendant quelques mois à la batterie d’armes spéciales du 411 RAA. basée à Sidi Ferruch.

Il y avait en permanence une section quelque part en, Algérie, pour moi un mois à la ferme Alaise au nord de M’Sila. Notre rôle consistait, sur alerte, à gazer des grottes avec un gaz qui développait des grosses volutes vertes ressemblant au chlore. Il se disait que c’était un mélange de DM et de un des trillons, et que les locaux gazés était inutilisables pendant 18 mois au moins. Je n’ai pu vérifier.

Ce que j’ai vu : un sous-off dont la cartouche de son masque ne fonctionnait pas à été retiré du "mur de gaz" raide comme un bâton, l’infirmier lui à fait une piqure à travers le treillis, et il a été emmené, posé en travers d’une jeep, ne reposant que sur les bords du véhicule. Je ne l’ai jamais revu, ni entendu parlé de lui. C’est vrai que très vite, j’ai été hospitalisé pour une jaunisse et affecté ailleurs.

Il se disait et ça je le crois que pris dans le mur de gaz, il restait quelques minutes à vivre.

P.S. :

Il s’agit très certainement, soit du Gaz Sarin soit du gaz VX

Le gaz sarin

Produit en quantités énormes par l’Union soviétique et les Etats-Unis après la seconde guerre mondiale, le gaz sarin est utilisé comme arme chimique. "La France conduisait des essais sur le terrain en Algérie, même pendant la guerre d’Algérie", indique John Hart. Il a été étiqueté comme arme de destruction massive par les Nations unies en 1991, par la résolution 687 Il fait partie des armes et munitions stockées par certains pays : la France, par exemple, en a immergé une certaine quantité, noyée dans du béton, au large d’Ouessant. En 1995, ce gaz a été utilisé lors d’un attentat dans le métro de Tokyo, au Japon, par la secte japonaise Aum, faisant 13 morts et plus de 6 000 blessés.

Substance inodore, incolore et volatile, il passe facilement la barrière des poumons et est absorbé par la peau, d’où il passe directement dans le sang. Quand il ne tue pas, il laisse de graves séquelles neurologiques. Le sarin attaque le système nerveux humain.

Le gaz VX
Développé dans un centre de recherche britannique en 1952, le VX est une version dix fois plus mortelle du gaz sarin. Comme pour ce dernier, le VX s’absorbe par inhalation ou contact cutané, mais il peut également se répandre dans l’air et dans l’eau. Incolore, ce gaz (sous forme liquide à température et pression normales) provoque souvent des écoulements du nez, des larmes, une salivation excessive et une transpiration accrue. S’attaquant au système nerveux et musculaire, il peut provoquer la mort en quelques minutes.

Forum
Répondre à cet article


puce

RSS

2002-2017 © Henri POUILLOT - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.79.26