Henri POUILLOT
Guerre d’Algérie, Colonialisme...
Descriptif du site
La Françafrique, ce n’est pas la paix !!!
Article mis en ligne le 4 juin 2013
dernière modification le 2 avril 2014

par Henri POUILLOT
Imprimer logo imprimer

La Françafrique, ce n’est pas la paix : Non à la remise du prix "Houphoet-Boigny" pour la paix à François Hollande.
En ce mercredi 5 juin 2013, François Hollande doit recevoir le Prix Félix Houphouët-Boigny pour la recherche de la paix. A travers ce prix de l’UNESCO, c’est un triple hommage qui est rendu par la Françafrique, à son parrain feu- le président kleptocrate ivoirien, à la guerre comme résolution des conflits, et aux dictateurs "amis de la France" qui entoureront le Président français.
La remise de ce prix au Président français est inacceptable pour plusieurs raisons.
Tout d’abord l’intitulé de ce prix, décerné chaque année par l’UNESCO, rend hommage à Houphouët-Boigny. Compte tenu du rôle joué par cet ancien président ivoirien (sabotage des projets indépendantistes et souverainistes en Afrique, multiplication des conflits, pillage des ressources de son propre pays qu’il a dirigé d’une main de fer pendant 30 ans) un tel honneur est scandaleux.
Ensuite remettre un prix pour la recherche de la paix au Président français dans le contexte actuel de l’intervention au Mali, et au Sahel est indécent. Le Président français est en effet le chef militaire d’une opération massive, mobilisant un véritable arsenal offensif, lancée sans un véritable mandat international, au bilan humain (victimes, prisonniers) à ce jour inconnu et dont les répercussions dans la sous-région (Niger, Algérie) et au-delà (Cameroun, Nigeria, Libye, Tchad) s’avèrent fort préoccupantes. Comment peut-on imaginer que cette guerre au Mali, présentée comme une "guerre contre le terrorisme" ne dissimule pas des ambitions de puissance de la France en Afrique et qu’elle soit porteuse de valeurs de paix et de stabilité susceptibles d’être célébrées à l’UNESCO ?
Pour la remise de ce prix, François Hollande sera entouré de nombreuses personnalités africaines plus que contestables, parmi lesquelles l’ancien président ivoirien Konan Bédié, le sénégalais Abdou Diouf, mais surtout de plusieurs chefs d’Etat en exercice dont la politique est marquée par l’extrême violence : Blaise Compaoré, dictateur du Burkina Faso, Alassane Ouattara, président de la Côte d’Ivoire, imposé par les armes françaises, Mohamed Ould Abdel Aziz, président putschiste de la Mauritanie, Idriss Déby Itno, dictateur du Tchad,…
Devant ces chefs d’Etat "amis", François Hollande doit prononcer un discours annoncé comme "important" qui préparera le Sommet sur la sécurité qui se tiendra à Paris en décembre : le premier sommet "France-Afrique" d’un Président français qui a décidément choisi de poursuivre et accentuer cette odieuse politique de la Françafrique.
L’UNESCO se doit de supprimer le Prix Félix Houphouët-Boigny pour la recherche de la paix, dont l’appellation est une insulte aux démocrates et pacifistes africains. La remise de ce prix à François Hollande dans ces conditions, en fonction de la politique française menée sur le continent africain, est un déni aux perspectives de paix en Afrique, un camouflet aux droits de l’homme.

Forum
Répondre à cet article


puce

RSS

2002-2017 © Henri POUILLOT - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.79.26