Henri POUILLOT
Guerre d’Algérie, Colonialisme...
Descriptif du site
A Saint Seurin sur l’Isle, le maire commémore les combats d’Indochine
Article du journal Sud-Ouest du jeudi 10 juin 2010

Ce Maire, nostalgique de l’Algérie Française, de l’OAS confond objectivité et partialité, devoir de mémoire" et falsification historique.

Article mis en ligne le 10 avril 2013

par Henri POUILLOT
Imprimer logo imprimer
JPEG - 436.1 ko

La Journée nationale en hommage aux morts de la guerre en Indochine a donné lieu à une belle cérémonie du souvenir à Saint-Seurin-sur-l’Isle. Les anciens combattants d’Indochine, d’Algérie et de 39-45 ainsi que les drapeaux de la Légion d’honneur, des médaillés militaires, de Dien Bien Phu et de l’ANAI, sont venus en nombre rendre hommage à la mémoire des 100 000 soldats tombés en Indochine et des 30 000 prisonniers à Saint-Seurin-sur-l’Isle le 7 juin. La cérémonie s’est ouverte sur un hommage poignant du maire de Saint-Seurin-sur-l’Isle, Marcel Berthomé, à la mémoire du général d’armée Raoul Salan, sur la place qui porte son nom et une stèle à sa mémoire depuis quatre ans. En présence de son fils, Victor Salan, le premier édile a évoqué la vie et le parcours "d’un homme d’armes, à la carrière brillante et exemplaire qui a vécu toutes les guerres et les événements douloureux de la France au cours du XXe siècle".

Objectivité historique

Retraçant ces périodes de notre histoire, Marcel Berthomé a annoncé son souhait d’organiser "une journée spécifique Algérie, en présence d’historiens qui vous parleront des événements qui ont précédé et suivi le 19 mars 1962, qui reviendront sur le rôle du général Salan qui appartient à l’histoire, dans un juste souci d’objectivité historique". La cérémonie officielle s’est poursuivie au monument aux morts, où Marcel Berthomé a évoqué cette guerre d’Indochine
soulignant le devoir de mémoire pour tous ceux qui sont morts pour la France.

P.S. :

Il ne suffit pas d’affirmer 100.000 soldats morts en Indochine pour que ce soit vrai. Les services officiels de l’Armée n’en annoncent que moins de 40.000, et le mémorial de Fréjus (censé indiquer tous les morts n’affiche que 34.000 noms). Certes ces chiffres sont énormes, mais en tripler le nombre montre la volonté de falsifier la réalité. Et cette falsification est d’autant plus "coupable" que ce propagandiste fut officier pendant ce conflit de l’Indochine.
Dans ces morts, il y eut beaucoup d’africains, maghrébins.. .enrôlés pour "servir" de chair à canon !!!

Forum
Répondre à cet article


puce

RSS

2002-2017 © Henri POUILLOT - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.79.26