Henri POUILLOT
Guerre d’Algérie, Colonialisme...
Descriptif du site
Promesses Sarkosiennes
Article mis en ligne le 4 juin 2010
dernière modification le 22 juin 2010
Imprimer logo imprimer

Dans une lettre datée du 16 Avril 2007, le Candidat Sarkozy, élu ensuite Président de la République s’était engagé par écrit auprès du CLAN-R présidé par Monsieur Denis FADDA, également Président de France-Afrique ACLFA [ACLFA : Association de Coopération et de Liaison France-Afrique], juste quelques jours avant son élection à reconnaître "Morts pour la France" les victimes de la rue d’Isly et celles d’ORAN. C’était la réponse à l’essentiel des revendications exprimées par l’ADIMAD - OAS, et aux organisations pro-OAS.

Le CLAN a été fondé par Jacques Augarde. Jacques Augarde (1908 - 2006) a été député MRP de Constantine, sous-secrétaire d’État chargé des affaires musulmanes en 1947-1948, puis sénateur de 1951 à 1959 ; il a été maire de Bougie de 1947 à 1962. Il a fondé et présidé le CLAN jusqu’à son décès.

Sa lecture de cette lettre est significative. Elle figure en page jointe. C’est une confirmation de plus de son positionnement colonialiste, tout dévoué aux nostalgiques de l’Algérie Française. A lire

PDF - 26.4 ko

26 mars 2008 : un gage ?

Le 26 mars 2008 à l’Arc de Triomphe de Paris, l’association "Souvenir du 26 Mars" avait été autorisée à raviver de raviver la flamme du soldat inconnu. Le président de cette association n’est autre que Claude Rochette un sous-officier déserteur qui avait rejoint le Maquis de l’Ouarsenis, cette organisation armée de l’OAS qui ne rêvait que de réaliser un nouveau putsch pour renverser la République Française, ce que celui du 24 avril 1961 n’avait pas réussi.

L’association ADIMAD-OAS, (association se vantant de regrouper plus de 700 anciens détenus pour leur activités terroristes dans l’OAS) appelle sur son site en ses termes : "Le 26 mars, à Paris (75), à l’Arc de Triomphe : à 17 h. ravivage de la flamme pour les Victimes de la rue d’Isly par l’Association "Souvenir du 26 mars". Métro Étoile/Champs Élysées. L’ADIMAD, membre du Comité directeur du CLAN R, appelle à soutenir et à participer massivement à cet hommage. Le drapeau de l’ADIMAD sera présent."
Le Président de l’ADIMAD-OAS, Jean-François Collin, qui appelle à cette manifestation, assimilait le Général de Gaulle à Hitler. Lorsque l’on sait que l’objectif essentiel de l’ADIMAD-OAS est d’honorer notamment Jean-Marie Bastien-Thierry, Roger Deguesldre, Claude Piegts, et Albert Docevar, condamnés à mort et fusillés pour avoir perpétré les attentats contre le Président de la République, de hauts fonctionnaires, de milliers de civils, de policiers, on ne peut qu’être révolté.

Comment est-il possible d’accepter que le drapeau de cette organisation factieuse, (celle qui a tenté d’assassiner à deux reprises le Président de la République, a organiser un putsch pour renverser la République Française) puisse s’incliner sur la tombe du Soldat Inconnu, symbole de ceux qui sont morts pour la défense des idéaux de la Nation ?

Etant donné l’urgence de la situation et la gravité des faits, une série d’organisations ont interpellé soit le Président de la République, soit le Ministre des Armée, soit le Secrétaire d’Etat aux Anciens combattants, soit la Ministre de l’Intérieur, soit le Préfet de Police de Paris (ou plusieurs d’entre eux). Aucune de ces autorités ne s’est opposée à cette mascarade. QUELLE HONTE !!!

Armantd BELVISI présent, quelle honte !!!
Cet ancien responsable de l’OAS faisait partie du commando dirigé par Jean-Marie Bastien-Thiéry, celui qui a participé à deux attentats contre le Général De Gaulle alors Président de le République (Pont de Seine et Petit Clamart). Cet activiste paradait dans la délégation de l’ADIMAD-OAS, fier d’être reconnu. Sous l’Arc de Triomphe est gravé sur cette dalle le texte de l’Appel du 18 Juin 1940 lancé par le Général De Gaulle, juste à côté de la tombe du Soldat Inconnu. Celui qui a tenté de l’assassiner est donc venu accompagner ces drapeaux (tachés du sang de cette organisation terroriste qui a tenté de renverser la République Française) qui voulaient s’incliner.
Quelle HONTE que les symboles de la République soient ainsi bafoués, avec le consentement des plus hautes autorités de l’Etat.

Bientôt "Morts pour la France ?

Il semblait que l’Élysée envisageait une annonce officielle déclarant "Morts pour la France" les victimes des deux manifestations 26 mars 1962 Rue d’Isly à Alger et 5 Juillet à Oran.

Une telle décision serait profondément scandaleuse pour les raisons suivantes :
- Ces manifestants ont répondus à l’appel de l’OAS qui tentait par tous les moyens de remettre en cause le cessez le feu du 19 mars 1962 ratfié par une très grande majorité de Français et d’Algériens.
- C’est l’OAS et ses responsables qui sont à l’origine des provocations en tirant sur les troupes régulières, déclenchant ainsi les fusillades.
- Comment attribuer ce titre à de telles victimes ? En les mettant sur le même plan que les militaires, commissaires ou inspecteurs de police morts, assassinés par l’OAS et ceux qui soutenaient ces bras armés ?
- Comment concevoir que ceux qui sont morts sous les balles de l’Armée Française peuvent être morts pour la France ?
Quelle est la conception des valeurs républicaines pour nos dirigeants ?

Un nouveau pas gravissime

Il a fallu attendre le 5 décembre 2010 pour que son ministre s’engage (enfin !, diront ces associations) pour que les noms des victimes de la Rue d’Isly figurent sur la Colonne centrale du Mémorial du Quai Branly à Paris.

Il faut dire que le sieur Falco, est à l’aise, bien que secrétaire d’Etat aux anciens Combattants, cela ne le gêne pas - il ne dit pas un mot, il laisse faire, totalement muet - lorsque, dans la ville dont il est le Maire (Toulon), le 31 janvier 2010, une manifestation s’y déroule pour commémorer les "Barricades d’Alger" (24 janvier 1960) où 19 gendarmes mobiles avaient été tués par les commandos qui allaient devenir l’OAS.

Le Gouvernement a annoncé le 5 décembre 2009 que la promesse était en cours de réalisation et le jeudi 18 février 2010 il précisait que 50 noms défileraient sur la colonne centrale du Mémorial. Donc côte à côte, défileront les soldats réellement "Morts pour la France" et ceux qui organisaient la manifestation et faisaient tirer sur ce régiment d’appelés du contingent : donc ceux "morts pour l’OAS, contres la France.

P.S. :

Ce sont sans doute les valeurs républicaines de l’identité nationale souhaitées par ce honteux gouvernement qui sont ainsi mises en application.

Forum
Répondre à cet article


puce

RSS

2002-2017 © Henri POUILLOT - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.79.26