Henri POUILLOT
Guerre d’Algérie, Colonialisme...
Descriptif du site
Commémoration à Oran : 27 février 2013
Il y a 51 ans, un massacre signé "OAS"

Un article de El Watan du 3 mars 2013 de Tegguer Kaddour

Article mis en ligne le 3 mars 2013
dernière modification le 5 mars 2013

par Henri POUILLOT
Imprimer logo imprimer

Dans la démarche criminelle de l’OAS pour tenter de saborder les pourparlers en cours à Evian.

Commémoration à Oran

Il y a 51 ans, un massacre signé "OAS"

Les Oranais ont commémoré, jeudi, sur la mythique place de « Tahtaha », le douloureux souvenir de l’attentat terroriste commis par la sinistre OAS sur la population civile. C’était un certain 28 février 1962.

JPEG - 23.5 ko

Beaucoup de citoyens oranais ont commémoré, jeudi à 15 heures, à la place de la Tahtaha (M’dina Jdida), le massacre commis il y a 51ans de cela, dans l’après-midi du 28 février 1962, par les hordes fascistes de l’Organisation de l’Armée Sécrète (OAS) contre la population civile, et cela, deux heures avant la rupture du jeûne durant le mois sacré de ramadhan. L’attentat a été commis à l’aide d’une voiture piégée bourrée d’explosifs. Celle-ci était stationnée pendant l’heure de pointe devant un marchand surnommé Boulahia, renommé dans ce quartier de la ville pour la confection et la vente des gâteaux traditionnels de la zlabia, durant la période du mois de ramadhan.

L’attentat a fait une centaine de morts et plusieurs blessés graves, qui ont été secourus et pris en charge par les habitants de ce quartier populaire. Le moudjahid Hadj Mokhtar Brag, fidaï à l’époque, habitant de ce quartier, se souvient de ce massacre qui a été orchestré par les hordes fascistes de l’OAS pour faire capoter les négociations tenues à Evian entre les délégations française et algérienne mandatées par les deux gouvernements pour la signature des Accords du cessez-le-feu du 19 mars 1962.

Rassemblement

Il raconte qu’à l’approche de la rupture du jeûne, comme de coutume, une foule intense d’acheteurs et des habitants, surtout des enfants, s’étaient regroupés dans cette place publique, quand, soudain, le quartier tout entier fut secoué par une grande déflagration d’un voiture piégée, entraînant un chaos et une panique indescriptible parmi la population. Des lambeaux de chair, des corps déchiquetés et carbonisés par l’explosion jonchaient la chaussée dans un bain de sang.

Pour un devoir de mémoire, et afin de perpétuer le souvenir des martyrs de la lutte armée de Novembre 1954, un riche programme commémoratif a été concocté pour ce douloureux évènement. Il a donné lieu, le jeudi, à partir de 15 heures, à un rassemblement devant la stèle érigée sur la place de la Tahtaha, suivi par une cérémonie de recueillement et de dépôt de gerbes de fleurs avant la présentation au Musée Ahmed Zabana d’un conférence par le professeur universitaire, M. Benkadda, ainsi que des témoignages recueillis auprès des survivants de cette attaque terroriste.
Tegguer Kaddour

Forum
Répondre à cet article

Dans la même rubrique

Le 14 janvier 1962
le 17 janvier 2011


puce

RSS

2002-2017 © Henri POUILLOT - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.79.26