Henri POUILLOT
Guerre d’Algérie, Colonialisme...
Descriptif du site
Une intervention miltaire catastrophique au Mali

En novembre 2010, j’effectuais un voyage de type solidaire au Mali, dans le Pays Dogon. Je suis un des derniers "touristes" à avoir pu visiter ce magnifique Pays, en contact direct avec la population, puisque deux semaines plus tard commençaient les premiers incidents graves.

Article mis en ligne le 14 janvier 2013
dernière modification le 20 mars 2013

par Henri POUILLOT
Imprimer logo imprimer

Ce qui se passe aujourd’hui au Mali, en ce début de 2013 est donc, pour moi, terrible.

Pendant ce voyage, nous avons pu rentrer dans les tout petits village du Pays Dogon, constater la misère, le dénuement : dans de très nombreux endroits, il n’y a pas l’électricité, pas d’eau courante, les conditions d’hygiène sont donc souvent précaires.

Quelques photos illustrent ce voyage.

Notre groupe de touristes solidaires était conduit par ce guide touareg

JPEG - 2.1 Mo

Nous avons eu l’occasion de visiter la petite ville de Bandiagara qui mémorise la colonisation française.
Ce "Palais Aguiau Tall", bâtiment en terre, dans la tradition locale, a été construit par les français en 1894 un ana après la conquête de cette région.

JPEG - 2.2 Mo

Dans la cour de ce palais figure cette plaque commémorative sur laquelle on peut lire : "Le 29 avril 1893, les troupes coloniales françaises commandées par le Colonel Archinard vont occuper Bandiagara à la suite de la bataille de Kori-Kori (21 km au nord ouest de Bandiagara)"

JPEG - 2.5 Mo

Dans cette ville, à l’entrée de cet atelier de mécanique, voici un rappel des festivités commémorant le 50ème anniversaire de l’indépendance et la fête que cet anniversaire a suscité.

JPEG - 2.5 Mo

. De nombreux maliens (enfants, adultes...) arboraient cette effigie.
Pratiquement chaque village a sa petite mosquée, comme celle-ci, magnifique

JPEG - 2.5 Mo

L’islam et la principale religion, mais il nous a semblé bien évident qu’il s’agissait d’une pratique tolérante, sans excès.

Alors c’est avec beaucoup de tristesse que j’ai toujours suivi, depuis cette période, les informations faisant état de ces troubles sous prétextes religieux.

La France garde une terrible responsabilité dans la situation actuelle au Mali

Quand l’indépendance a été accordée, le système de la "Françafrique" a été mis en place. Les groupes financiers ont continué de piller les richesses, sans contre-partie pour la population. Dans cette région proche du Sahel que nous avons visité, la misère est telle, même si la famine ne sévit plus grâce à de nombreuses associations humanitaires qui ont aidé au forage de puits, aidé à la réalisation de programmes agricoles avec une irrigation suffisante, qu’il ne faut pas s’étonner que les intervention "militaro-religio-mafieuses" rencontrent des échos intéressés.

Certes, de très nombreux Maliens (comme les Algériens d’ailleurs), bien que victimes de la colonisation, réservent le meilleur accueil aux Français. Des liens ont continué à se tisser avec l’immigration, n’oublions pas que des usines comme Renault, Citroën, Talbot, ont, dans les années 60/70, envoyé des recruteurs pour faire venir de la main d’œuvre sur les chaines de montage d’automobiles (sans compter le bâtiment, ramassage d’ordures...) Ces africains installés en France gardent des liens avec leur famille restée au pays.

Les exactions de ces groupes "militaro-religio-mafieux" dans lesquels peu de maliens se reconnaissent, incitent évidemment la population traumatisée à rechercher une aide, et tout naturellement la France omniprésente est ainsi un peu attendue comme le messie pouvant la mettre à l’abri de cette catastrophe. Mais la solution ne peut pas être militaire. On ne combat pas des idées avec des armes. La responsabilité de la France d’avoir maintenu sous sa dépendance économique ce pays, lui interdisant de mettre en place une défense digne de ce nom, une infrastructure sociale de notre époque est fondamentale.

Il est prévisible que les "frappes" anti-terroristes françaises vont évidemment faire des victimes civiles : en 3 jours d’intervention, on en compterait déjà plusieurs dizaines !!! Ces "évangélistes" vont bientôt avoir l’auréole de martyrs et ils vont pouvoir reporter sur la France la responsabilité des ces bavures à répétition. L’exemple malheureux de l’Afghanistan montre pourtant que ce type d’interventions, non seulement n’extirpe pas le fanatisme religieux, mais au contraire lui donne une légitimité..

Le voyage du Président de la République en Algérie, 3 semaines plus tôt, n’a-t-il pas été le centre d’un marchandage entre les 2 présidents ? Alors que l’Algérie avait, jusqu’alors refusé de favoriser une aide à la volonté belliqueuse de la France, exprimée depuis des mois, a soudainement accepté le survol de son territoire par des avions militaires français. Ne serait-ce pas en contre-partie de ces tous petits pas concédés au dernier moment lors de ce voyage.

L’histoire répondra. Si cette explication se trouvait confirmée, François Hollande endosserait alors une terrible responsabilité. Au retour d’Alger du Président de la République, j’évoquais "les ambiguïtés algériennes de François Hollande". Pourquoi, sur un sujet aussi important, connu depuis des mois, le parlement n’a pas été saisi et que le Président décide, dans sa tour d’ivoire de l’Élysée, cette intervention ?

P.S. :

Je tiens à conserver cette merveilleuse image du Mali, de son Pays Dogon, que j’ai eu la chance de visiter en multipliant les contacts avec la population comme cette photo le montre

JPEG - 1.9 Mo

mais je suis inquiet de l’enlisement prévisible de ce conflit et du nombre de victimes qu’il va engendrer, sans la moindre chance de régler le problème de cette invasion de ces groupes "militaro-religio-mafieux".

Il serait plus que temps que le Slogan "Le changement, c’est maintenant" vienne enfin en application. Où est la promesse de remettre en cause la Françafrique. Déjà 3 dictateurs africains ont été reçus avec tous les honneurs à l’Élysée, et la poursuite de cette politique de déstabilisation des états africains se poursuit : pour que les groupes financiers, en particulier français, continuent de dépecer leurs proies tels des vautours ?

Forum
Répondre à cet article


puce

RSS

2002-2017 © Henri POUILLOT - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.79.26