Henri POUILLOT
Guerre d’Algérie, Colonialisme...
Descriptif du site
L’Elysée continue d’honorer l’OAS

Voici la réponse à ma lettre ouverte du 2 septembre 2012 que j’avais adressée à François HOLLANDE et Jean-Yves Le DRIAN et mes commentaires

Article mis en ligne le 5 octobre 2012
dernière modification le 15 janvier 2014

par Henri POUILLOT
Imprimer logo imprimer

Le 2 septembre 2012 j’adressais une lettre ouverte (publiée sur ce site) à François Hollande et Jean-Yves Le Drian

Le 5 octobre je viens de recevoir la réponse suivante, aberrante !!!


En voici le texte :
Présésidence de la République (État major particulier)
Monsieur
Par lettre du 2 septembre dernier, vous avez bien voulu appeler l’attention de Monsieur le Président de la République sur votre opposition à l’inauguration d’une stèle à la mémoire du Colonel Pierre Chateau-Jobert érigée dans l’enceinte de l’École des troupes aéroportées de Pau (ETAP) ;
Très attentif au monde combattant et sensible à votre démarche, le Chef de l’État m’a confié le soin de vous répondre.
Dans votre correspondance vous rappelez une partie du passé de cet officier supérieur qui lui valut d’être condamné à mort par contumace en 1965 pour son action au sein de l’OAS. Vous omettez toutefois de signaler qu’une grâce a été prononcée en 1968, annulant le fait de cet condamnation à mort et réhabilitant ainsi la carrière de ce parachutiste.
Dans ces conditions, rien ne s’opposait à ce qu’une association d’anciens combattants puisse solliciter et obtenir après du Ministère de la Défense les autorisations légales pour qu’une stèle soit érigée en l’honneur de cet officier, commandeur de la Légion d’Honneur et Compagnon de la Libération, à l’endroit même où il a créé cette école de parachutisme militaire en 1946.
Cette question avait par ailleurs fait l’objet d’une interpellation du Gouvernement nationale au mois de février 2012 et une réponse officielle reprenant les éléments cités supra avait alors été faite (CF. JO du 26 juin 2011)
Je vous prie d’agréer, Monsieur, l’expression de ma considération distinguée.
Le Commissaire en Chef de la Marine Bernard ABBO (1)

J’ai aussitôt répondu ceci

A l’attention de M. Bernard ABBO
Vos références : CA1209 104

Monsieur le Commissaire,

J’accuse réception de votre courrier, qui m’a stupéfait.
Je dois y faire plusieurs remarques :
-  Mon intervention n’avait pas pour but de m’opposer à l’inauguration d’une stèle qui a déjà été inaugurée il y a 2 ans, mais de demander que ne puisse pas avoir lieu un "hommage" à cet ancien officier dans une caserne et que soit retiré de ce domaine public cette stèle.
-  Dans mon courrier j’évoque l’ensemble du passé de cet officier (y compris son passé de résistant). Mais en prenant votre argumentation, pourquoi ne pas "honorer", maintenant, officiellement, le Maréchal Pétain : il a eu un passé glorieux, mais la fin de sa carrière politique interdit à tout humaniste, tout républicain d’y penser.
-  Même si cet officier, Château-Jobert, a été gracié en 1968, contrairement à ce que vous affirmez, cette grâce a certes annulé juridiquement sa condamnation, mais elle n’avait pas réhabilité sa carrière, ce n’est qu’en 1981 qu’une nouvelle disposition a permis aux anciens militaires activistes de l’OAS d’être réintégré dans les rangs de l’armée. Sa condamnation à mort reste un fait historique.
-  Vous évoquez une réponse ministérielle du 26 juin 2011 à une interpellation de février 2012 ???
-  Cette réponse était faite par un gouvernement d’une autre obédience politique, qui œuvrait pour la réhabilitation des nostalgiques de l’Algérie Française, de l’OAS. On pourrait espérer d’une présidence de la République élue sur le slogan "Le changement, c’est maintenant", évolue, que justement, sur ces dérives, des corrections significatives soient annoncées.

Sur le Pont Saint Michel, à Paris, le 17 octobre prochain, devant les Algériens qui avaient participé à la manifestation du 17 Octobre 1961, devant leurs enfants, petits enfants, tous ceux qui attendent qu’une reconnaissance et qu’une condamnation de ce crime d’état soit enfin prononcée par les plus hautes autorités de la France, lors de mon intervention, je me devrai de :
-  rappeler que sur cette responsabilité de la France dans la période coloniale, et tout particulièrement pendant la Guerre d’Algérie, c’est toujours le silence assourdissant.
-  d’expliquer, en fonction de votre courrier, que les plus hautes autorités de la France trouvent normal, que dans la cour d’une caserne il est logique qu’un officier qui a déserté, qui a été condamné à mort pour son activité OAS soit honoré. Quel exemple formateur pour de jeunes recrues !!!

Quelle insulte officielle pour le peuple algérien.

Veuillez agréer, Monsieur le Commissaire, mes sincères salutations.

Henri POUILLOT

(1) Bernard ABBO occupait les mêmes fonctions à l’Élysée du temps du sarkozisme !!!!

P.S. :

Sur mon site, et sur Médiapart, je publierai votre réponse et mes commentaires
Je n’ai pas encore eu de réponse.

Forum
Répondre à cet article
L’Elysée continue d’honorer l’OAS
Sami Boumendjel - le 5 octobre 2012

Cher Henri,
(valeureux combattant pour les droits des peuples te de l’homme)... je suis admiratif de ta détermination devant le mur de béton que concernent l’indépendance de l’algérie et toute la cohorte des trahisons permises... et je le dis sans fard "de part et d’autre"... la culture de l’oubli est toujours en cours, et imposée, et sûrement elle fait mal, surtout quand il s’agit de commémoration de dates symboliques, et comme une revanche sur la réalité des commémmorations/réhabilitations particulières de tortionnaires connus mais aujourd’hui vendus officiellement comme des "héros chevaliers des combats de la France"....
Je ne crois plus que "ces gens droite/gauche gouvernants" changeront...
Ils nous imposent d’être pédagogue, convainquant et persuasif auprés du peuple français et de promouvoir les hommes et les femmes de bonne volonté... pour qu’émerge la vérité, la justice et la paix pour les humbles.
Sami BOUMENDJEL
Président de AMAL
Association pour la Mémoire des ALgériens



puce

RSS

2002-2017 © Henri POUILLOT - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.79.26