Henri POUILLOT
Guerre d’Algérie, Colonialisme...
Descriptif du site
Valérie Pécresse : la dette ?
C’est la faute aux pauvres !!!

Dans son interview accordée au Monde daté du 30 mars, Valérie Pécresse, ministre du Budget et porte parole du gouvernement, a enfin trouvé la raison du creusement de 500 milliards d’euros de la dette depuis 2007 : les plus fragiles. Oubliant ainsi les cadeaux fiscaux aux grandes entreprises ou la baisse de la TVA.

Article mis en ligne le 5 avril 2012

par Henri POUILLOT
Imprimer logo imprimer

Article publié dans Marianne le Jeudi 5 Avril 2012 à 05:00

par Emmanuel Levy Journaliste économique à Marianne


Dans son interview accordée au Monde daté du 30 mars, Valérie Pécresse, ministre du Budget et porte parole du gouvernement, a enfin trouvé la raison du creusement de 500 milliards d’euros de la dette depuis 2007 : les plus fragiles.Oubliant ainsi les cadeaux fiscaux aux grandes entreprises ou la baisse de la TVA.

« Par ailleurs, puisqu’on nous reproche toujours d’avoir accru la dette publique de 500 milliards d’euros, je voudrais apporter la précision suivante : depuis 2007, nous avons dépensé 560 milliards en dépenses sociales pour les plus fragiles », a récemment expliqué la ministre du Budget . Marianne a donc demandé cette fameuse addition aux autorités compétentes.

Comme le montre le document que nous ont fourni les services de Bercy, un ensemble hétéroclite de dispositifs sont additionnés pour aboutir à ce chiffre de 560 milliards. En fait, toutes les prestations et autres allocations à caractère social de l’Etat et des caisses de sécurités sociales sont listées. On trouve ainsi l’indemnisation du chômage pour 188,5 milliards d’euros sur le quinquennat (soit un tiers du total), les Allocations familiales et logement pour 142 milliards d’euros, la solidarité vieillesse pour 92,3 milliards d’euros, l’Handicap et la dépendance, le RSA etc….

Accoler ces deux chiffres est évidemment une présentation visant à créer un lien de cause à effet entre les deux : les 500 milliards de dettes seraient la conséquence des dépenses sociales. Seulement sur le quinquennat, ce sont plus de 5 500 milliards d’euros qui ont été dépensés, dont 500 milliards ont été empruntés (en fait d’avantage que ce que dit Valérie Pécresse : fin juin 2007 la dette était de 1 221 milliards et devrait atteindre 1 770 en juin 2012). Pourquoi, alors prendre en compte que les seules dépenses à caractère social ? La ministre pourrait tout aussi bien additionner cinq ans de budget de la Défense nationale, de l’ordre de 200 milliards d’euros, 100 milliards de remboursement de médicaments, etc….

Enfin, le quinquennat n’a pas été une simple gestion des affaires courantes. Des choix budgétaires ont été opérés par Nicolas Sarkozy. La loi Tepa a couté 50 milliards d’euros sur la mandature, 10,5 milliards d’euros pour la baisse de la TVA sur la restauration. La réforme de la taxe professionnelle s’est faite également à crédit. Son coût sur 5 ans a été de 20 milliards d’euros, quant au crédit impôt recherche renforcé, décidé sous ce quinquennat, c’est encore une vingtaine de milliards …. Imputer l’accroissement de la dette aux seuls démunis est plus qu’une faute de pédagogie, une façon de travestir la réalité et de ne pas assumer une politique.

P.S. :

Cette démarche est honteuse, mais naturelle pour ces ministres, ce gouvernement le Président actuel qui ne connaissent pas les fin de mois difficile, qui ne fréquentent que les fortunés et sont là pour que les riches soient encore plus riches

Voici quelques commentaires trouvés à la suite de cet article :

5.Posté par Georges SUARD le 05/04/2012 08:09

La vipère est sortie de son nid !!!!! Mme Pécresse j’ai une place pour vous dans ma poissonnerie, car bien sur, vous allez bientôt, avec le vote des pauvres rabattre votre caquet . Bien sûr pour vous pas les restos du coeur , car la misère des pauvres et le coussin des riches . Honte à vous et a votre clan !!!! et vive la gauche qui va vous mettre sur un siège éjectable. sans autre commentaire.

25.Posté par Lina LIBAYON le 05/04/2012 09:51

C’est sûr : il faut exterminer les pauvres, les chômeurs, les malades, les vieux, les handicapés, les chercheurs qui coûtent, et les enseignants qui coûtent,. Voilà, vider épurer le pays de toute cette vermine qui nous plombe, faire place net et la Droite sera encore plus riche, seule entre elle, entre tous les gens bien qui bossent, bravo Pécresse... vous avez en une phrase dit qui vous étiez, vous et votre horrible clique.

24. Posté par Paul HUSSION le 05/04/2012 09:41

C’est toujours pareil. Avec la droite c’est a cause des autres et souvent les plus faibles.
Mais il existe toujours un endroit en France un endroit ou vos anciens ont pensé comme vous. C’est en Alsace le camp d’extermination du (STRUTHOF-NATZWEILLER), c’est le seul qui reste en état
Madame Pécresse remettez en marche ce sinistre lieu, et toutes les libertés que vous allez mettre les Francais face-à-face de manière à alimenter la machine que vous avez dejà rallumé
Vous avez le courage de le dire, parmi vous il y a ceux qui auront le courage de le faire.
Mais !...il y aura sûrement une contre partie comme dit si bien madame Parisot la syndicaliste de vos amis, la terreur "les grands seront plus petits et les petits disparaitront"

Forum
Répondre à cet article
Valérie Pécresse : la dette ?
Michel Dandelot - le 5 avril 2012

Merci Henri d’avoir mis en ligne les ignobles paroles de cette vipère de pécresse.



puce

RSS

2002-2017 © Henri POUILLOT - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.79.26