Henri POUILLOT
Guerre d’Algérie, Colonialisme...
Descriptif du site
Henri GUAINO, Conseiller de N. SARKOZY et l’OAS
Emission de "Dimanche +" sur "Canal +" du 17 Avril 2011

Lors de cette émission, le Conseiller de Nicolas SARKOZY était l’invité de l’émission. Une partie importante était consacrée à le remise en place de la Stèle OAS de Marignane et les liaisons UMP/FN/Nostalgiques de l’OAS et de l’Algérie Française. Henri GUAINO a menti par omission.

Article mis en ligne le 23 avril 2011
dernière modification le 25 avril 2011

par Henri POUILLOT
Imprimer logo imprimer

J’avais été sollicité pour cette émission : j’avais posé près de 3 heures devant les caméras et discuté avec une journaliste qui préparait ce sujet. Mais, comme je démontrais qu’il y avait bien connivence entre le pouvoir actuel et ces nostalgiques de l’OAS, mon témoignage ne pouvait que mettre en cause la parole du Conseiller élyséen, il n’était donc pas possible qu’une voix discordante vienne contredire celui qui affirmait de façon péremptoire le contraire. Les médias nationaux ne veulent pas mettre en cause l’Élysée !!!!
http://www.canalplus.fr/c-infos-documentaires/pid3354-dimanche.html

J’ai donc fait 2 interventions :
- l’une à l’attention de "Canal +" et des responsables de l’émission "Dimanche +"
- l’autre à l’attention de Henri GUAINO

Voici ces 2 lettres :

Lettre à "Canal +"

Trappes le 22 Avril 2011

Messieurs,

Pour cette émission de "Dimanche +" diffusée le dimanche 17 Avril dernier vous avez évoqué les questions de résurgences de l’OAS et des nostalgiques de l’Algérie Française. Vous m’aviez contacté à ce sujet, puisque je pouvais vous donner de nombreuses informations, sur cette question. Nous avons beaucoup échangé avec votre journaliste, j’ai accepté de passer 3 bonnes heures devant votre caméra et même fait perturber une réunion de militants préparant le 50ème anniversaire de la commémoration du crime d’État commis le 8 février 1962 au Métro Charonne.

La veille de l’émission, j’ai été prévenu que mon témoignage ne serait pas pris en compte, pour des contraintes de temps et de cohérence du sujet traité. J’ai évoqué à votre journaliste que je pensais qu’il s’agissait plutôt d’une question de censure : ce que la vue de l’émission me confirme d’ailleurs. En ayant invité Henri GUAINO à s’exprimer sur ce sujet, sans qu’il puisse être contesté, votre chaîne ne prenait pas ainsi le risque politique de mettre en difficulté le représentant de l’Élysée. Mes accusations fondées et prouvées de la connivence officielle du gouvernement et de ses représentants en vue de la réhabilitation de ces nostalgiques de l’OAS, n’avaient donc pas leur place dans ce concert.

Dans votre reportage, l’évocation de la manifestation du 26 mars est scandaleuse : l’OAS porte une responsabilité déterminante mais cela n’est pas dit, pas expliqué. Elle n’est présentée que comme un "échange" entre l’Armée Française et des manifestants. Ce mensonge par omission dénature totalement le caractère de ce terrible évènement.

Plus grave encore, peut-être, c’est la façon péremptoire dont Henri GUAINO affirma qu’il n’est pas possible, sur ce sujet de trouver le moindre "clin d’œil" depuis 2007 dans les discours de Nicolas Sarkozy envers cette mouvance. Évidemment, les auditeurs non avertis, ainsi abusés, ont certainement cru ces propos mensongers. Vous trouverez copie de la lettre que j’envoie en même temps à ce conseiller.

Henri GUAINO se permet de déclarer que Benjamin STORA utilise des mots "à l’emporte pièce", alors qu’il a tout à fait raison. Ce procès d’intention est donc entendu puisque le débat ne peut avoir lieu. Ce conseiller est considéré comme "la plume" de Nicolas SARKOZY, déjà pendant la campagne électorale présidentielle, et depuis, à l’Élysée. Il est l’auteur des discours de Toulon (7 févier 2007), de Dakar (26 juillet 2007) et de la lettre du 16 Avril 2007 à Denis FADDA. Ces documents ne sont pas de simples "clins d’œil" à cette mouvance pro-OAS/Algérie Française très proche du FN, mais des gages concrets d’engagement, d’encouragement, de réhabilitation officielle du colonialisme, de cette fange factieuse qui a tenté de mettre en cause par la force, par des putsch, la légitimité de le République Française. Depuis 2007, ces promesses continuent d’être "honorées", par le Secrétaire d’État Hubert FALCO, par l’ancien ministre ESTROSI, pas les élus UMP qui inaugurent des stèles glorifiant l’Algérie Française et l’OAS. Mais tous ces éléments concrets figurent sur mon site, avec les références précises ; j’en avais formulé quelques unes dans le témoignage enregistré qu’on m’avait demandé. Vos auditeurs n’en sauront rien, seule la parole de Henri GUAINO a été entendue, et comme elle est présentée es-qualité de conseiller de l’Élysée, elle ne peut être que crédible !!!

La forme d’une telle émission où la contradiction réelle n’est pas possible est un déni de démocratie, une falsification de l’information. Cela augure bien mal de la manière dont va être évoquée la Guerre d’Algérie à l’occasion du 50ème anniversaire qui arrive.

Veuillez agréer...

Lettre à Henri GUAINO

Trappes le 22 Avril 2011

Monsieur le Conseiller

Dimanche 17 avril 2011, vous étiez l’invité de l’émission "Dimanche +" sur la Chaîne de télévision "Canal +". Très impliqué (voir mon site pour le comprendre) par tout ce qui concerne la résurgence de l’esprit colonial et en particulier de ce qui traite de la réhabilitation de l’OAS et des nostalgiques de l’Algérie Française, votre positionnement m’intéressait tout particulièrement.

Dans cette émission, sur 3 sujets, vous affirmez avec insistance une position plus que tendancieuse :
- selon vous Benjamin STORA utilise des "mots à l’emporte pièce" pour affirmer, selon vous qu’il n’y a pas eu, de la part du pouvoir actuel, d’encouragement à cette mouvance.
- qu’il n’est pas possible, à ce sujet de trouver le moindre "clin d’œil" depuis 2007, envers cette mouvance, dans les discours de Nicolas Sarkozy. Vous êtes pourtant mieux placé que quiconque pour connaître ces documents puisque tout le monde prétend que vous êtes la "plume" de Nicolas SARKOZY sur ces questions
- que vous restez un fervent gaulliste, respectueux des règles républicaines et que vous avez du "mal avec l’apologie de l’OAS".

Comme vous n’avez pas de contradicteur sur ces questions, les auditeurs ne peuvent qu’être tentés de vous croire, sur parole, alors que les faits patents démontrent le contraire, comme la démonstration en est faite sur mon site, que je vous rappelle.

Par exemple, le discours que vous avez écrit pour Nicolas Sarkozy et qui fut prononcé le 7 févier 2007 à Toulon montre bien l’infléchissement de la politique française vers une conception franchement colonialiste, confirmée ensuite de façon insultante, à Dakar, pour les peuples africains.

Encore plus significatif est la lettre datée du 16 avril 2007 (à un jour près, c’était le 4ème anniversaire) de Nicolas Sarkozy, donc juste quelques jours avant son élection, adressée à Denis FADDA président du CLAN-R qui dit : "Avant toute chose, je souhaiterais revenir sur deux précisions que vous avez souhaité évoquer. Vous m’avez demandé de me prononcer sur les réparations dues aux victimes. Je vous confirme qu’outre la mémoire due aux « disparus », je souhaite que les victimes françaises innocentes de cette guerre, jusqu’à l’indépendance, et je pense tout particulièrement aux victimes du 26 mars, se voient reconnaitre la qualité de « morts pour la France » et que leurs noms figurent sur une stèle officielle afin que personne n’oublie ces épisodes douloureux"
Certes, ce n’est pas un discours, mais cette missive que vous avez écrite, qui fut signée par Nicolas Sarkozy, mais elle est encore plus explicite que de simples paroles qui auraient pu être prononcés spontanément. Vous jouez sur les mots, ce ne sont pas des "clins d’œils", mais un tapis rouge qui est déroulé devant ces nostalgiques.

Or, et malheureusement, l’énorme responsabilité de l’OAS lors de cette manifestation du 26 mars 1962 n’a pas été évoquée dans cette émission. Hubert FALCO, lorsqu’il fut secrétaire d’État aux Anciens combattants, a réalisé le 26 mars 2010, la promesse faite le 16 Avril 2007, en validant cette qualité de "morts pour la France" à des manifestants s’opposant à la République Française. Ce n’est qu’un clin d’œil ? Ces dernières années, dans sa ville de Toulon, ce maire a laissé faire, encouragé, des manifestations pro-OAS / Algérie Française.

Le maire de Nice, Christian ESTROSI, cet ancien ministre de SARKOZY, laisse faire cette semaine un "hommage" au putsch d’avril 1961 qui tenta de renverser la République Française.

Le 22 octobre 2010, le ministre de la défense a laissé inaugurer dans l’enceinte de la caserne d’instruction des jeunes parachutistes à Pau, une stèle à la gloire d’un colonel ayant participé au putsch d’Avril 1961, ayant déserté pour participer au maquis de l’Ouarsenis de l’OAS, ayant été condamné à mort par contumace...

On ne compte plus les maires UMP : Versailles, Perpignan, Toulon (déjà cité), Béziers,... qui sont complices des "hommages" rendus aux anciens responsables de l’OAS condamnés à mort et fusillés pour leurs crimes, et présentés aujourd’hui comme des héros.

Et vous osez dire : "pas le moindre clin d’œil" ? Quelle imposture !!!

Vous "avez mal à l’apologie de l’OAS", dites-vous, mais vos actes cautionnent et sont une réhabilitation de l’OAS, de ces anciens criminels qui revendiquent toujours haut et fort leur opposition à la République Française. Revendiquant haut et fort votre gaullisme, comment se fait-il que vous ne soyez jamais intervenu pour empêcher qu’à Bourg la Reine, plusieurs fois par an (en particulier le 11 novembre) un hommage soit rendu à Bastien-Thiry sur sa tombe. Un drapeau tricolore y flotte en permanence. L’association ADIMAD-OAS, qui y organise ces cérémonies "patriotiques", avec la complicité active de la municipalité, (Drapeau bleu/blanc/rouge, chants, discours)... le déclare "mort pour la France". Ne trouvez-vous pas que c’est une sacrée entorse à la conception des valeurs républicaines ? Comment tolérer que ce déserteur, qui organisa 2 attentats contre le Président de la République (c’était le général de Gaulle) puisse être "honoré" ? Quel exemple pour la jeunesse !!! Vous, le Gaulliste, qui "avez mal à l’Apologie de l’OAS", vous laissez faire ? Votre indignation à la télévision, si les actes ne suivent pas, n’est autre que de la complicité, de la duplicité.

Quelle conception de la démocratie, du droit d’expression, quand l’Élysée utilise les médias, sans contestation possible, pour assener autant de contre-vérités !!!!

J’ai honte que l’honneur de la France soit ainsi mis en cause par de telles falsifications officielles.

Veuillez agréer, Monsieur le Conseiller...

Réponse de Henri GUAINO

Par internet, j’ai reçu, par retour de courriel la réponse suivante :
Monsieur,

Suis-je oblgé de supporter vos insultes sans réagir ? La réponse est non ! Et si vous avez jugé le discours de Toulon "colonialiste" et celui de Dakar"insultant", c’est soit que vous ne les avez pas lus, soit que vous êtes un parfait imbécile et dans les deux cas vous comprendrez que je n’ai pas envie de discuter plus longuement avec vous. Pardonnez-moi de ne pas vous saluer.

P.S. :

Cette réponse se passe de tout commentaire

Forum
Répondre à cet article
Henri GUAINO, Conseiller de N. SARKOZY et l’OAS
ARGELES Gilbert - le 5 août 2011

Je suis scandalisé par la réponse lapidaire, mal polie, pleine de grossièreté de ce monsieur GUAINO.
Un mufle.....qui se garde bien de répondre aux faits précis et vérifiables énoncés par notre ami Henri. Et avec politesse en plus !
Décidément, ces hommes au pouvoir de la V° République se croient tout permis...Vivement que nous les mettions dehors !



puce

RSS

2002-2017 © Henri POUILLOT - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.79.26