Henri POUILLOT
Guerre d’Algérie, Colonialisme...
Descriptif du site
Prix de Mathématiques 2010 "Maurice Audin"

Depuis 2004, chaque année, un prix de mathématiques est décerné à 2 mathématiciens, l’un Français, l’autre Algérien.

Article mis en ligne le 8 mars 2011

par Henri POUILLOT
Imprimer logo imprimer

Prix 2011 Maurice Audin

Le 8 Mars 2011, dans l’auditorium de l’Hôtel de ville de Paris, ce prix était décerné à :
- Boumediène ABDELLAOUI, maître de conférences à l’Université de Tlemcen
- Emmanuel TRELAT, professeur à l’Université d’Orléans.

Intervention de Gérard TRONEL

animateur de l’Association "Maurice Audin" à cette occasion :

Mesdames, Messieurs, Chers Amis,

Je souhaiterais rapidement faire le point de ce qui a été fait au cours des mois précédents, même si on ne peut avancer aucun résultat tangible dans la recherche de la vérité sur la mort de Maurice Audin. Tout d’abord il faut rappeler que l’une des activités les plus importantes et visibles, je l’espère, est l’organisation du prix, il faut mettre en place un jury, cette année le jury a été présidé par Monsieur Werner Wendelin qui a accepté de remplacer Monsieur Pierre-Louis Lions, ; cette année les membres du jury étaient Madame Maria J. Esteban, présidente de la SMAI, M. Hafid Aourag, Directeur Général de la Recherche et du Développement Technologique en Algérie, M. Benali Benzaghou, Professeur, Recteur de l’Université des Sciences et des Techniques "Houari Boumediene", à Alger, M. Christian Kassel représentant la SMF, M. Farid Mokrane, M. Brahim Mezerdi, je les remercie chaleureusement . Je rappelle aussi que le financement du prix est assuré, depuis 2008 par la Direction Générale de la Recherche et du Développement Technologique et par l’association Maurice Audin dont les ressources sont essentiellement les cotisations et les dons des adhérents ; la générosité de quelques donateurs a permis, jusqu’à aujourd’hui, de constituer une petite réserve pour le prix 2011, mais c’est l’avenir à moyen terme qui laisse transparaître des inquiétudes. Pour l’année 2011, nous espérons lancer les appels à candidatures très prochainement de manière à respecter une date à prévoir dans la première quinzaine de décembre. Toujours concernant le prix de mathématiques, l’association souhaiterait qu’il soit pris en charge par une structure à la fois plus officielle et plus solide que l’association : des contacts ont été pris avec des membres de l’Académie des sciences et de la Fondation des Sciences Mathématiques de Paris, les négociations sont au point mort car la nature de ce prix pose des problèmes que vous pouvez imaginer.

L’autre action importante en 2010, même si l’association n’y est pas directement impliquée, est la sortie d’un film documentaire du réalisateur François Demerliac : "Maurice Audin : La Disparition". Ce document qui a été réalisé grâce à des contributions financières venues de plusieurs sources a été présenté à plusieurs reprises sur la chaîne LCP, il a fait l’objet d’une projection, suivie d’un débat, le 26 janvier 2011 à la Mairie de Paris, cette projection avait été mise sur pied par l’Association "Cinéhistoire". Il est possible de se procurer le DVD de ce documentaire auprès du réalisateur.

Nous n’avons pas renouvelé nos appels au Président de la République qui ne répond pas, même s’il daigne parfois accuser réception de nos lettres, mais les différents ministères sollicités – Armées, Intérieur, Education nationale – sont restés muets. Que demandons-nous ? Tout d’abord que les autorités politiques, civiles et militaires de notre pays reconnaissent que Maurice Audin est mort après avoir été torturé, que sa mort est un crime couvert par une raison d’Etat. Les pouvoirs spéciaux votés par le Parlement, des pouvoirs qui confiaient à l’armée des missions de maintien de l’ordre ne dispensaient nullement du respect des lois qui assurent à chaque citoyen une protection quelles que soient les circonstances. Maurice Audin n’était pas un terroriste, ceux qui l’ont arrêté, torturé, assassiné et qui n’ont pas eu le courage de leurs actes étaient eux probablement en dehors de la légalité, mais au-delà des exécutants les autorités civiles et militaires qui ont couvert ce forfait, portent une lourde responsabilité qu’ils devraient reconnaître. Dans d’autres circonstances, lorsque les lois de la République avaient été bafouées, après de longs combats, les plus hauts représentants de l’autorité de l’Etat ont reconnu leurs erreurs ; l’affaire Dreyfus, la rafle du Vel d’Hiv et ses conséquences funestes, la guerre d’Algérie, sont aujourd’hui reconnues comme des dérives inacceptables. Pour Maurice Audin, les faits tels qui sont aujourd’hui connus ne devraient pas poser de problèmes : dire la vérité n’est pas une atteinte au moral de l’armée et de la nation. Il faut rappeler une fois de plus ce que la famille de Maurice Audin et l’Association demandent :
-  La reconnaissance du décès de Maurice Audin alors qu’il était sous la « protection » des militaires.
-  La reconnaissance de la responsabilité des différentes autorités qui ont été impliquées dans l’Affaire Audin.
-  L’ouverture des archives sur la guerre d’Algérie et plus particulièrement celles qui concernent Maurice Audin. Les historiens ont a plusieurs reprises formulé la même demande mais sans obtenir tous les résultats escomptés.
-  Sur un plan éthique, la condamnation officielle de la torture. A ce propos signalons que l’appel des douze, signé par des personnalités, dont Josette Audin, n’a pas eu l’écho qu’il aurait dû avoir.

Il est clair que l’Association poursuivra ces objectifs, mais pour ce faire nous avons besoin d’aide, de votre aide. Nous recherchons aussi des témoins présents lors de la bataille d’Alger, notamment des personnes présentes à Alger au mois de juin 1957. Dans cette recherche nous souhaitons nous limiter à des faits précis, vérifiables, ce qui nous ramène à l’ouverture des archives, mais la moindre information pourrait nous fournir une clef pour atteindre notre but.

L’année 2012 sera marquée par le cinquantième anniversaire des Accords d’Evian qui ont mis fin à la guerre d’Algérie, nous souhaitons à cette occasion organiser une manifestation analogue à celle de 2007, à la BNF, avec la participation de témoins, d’historiens, de représentants français et algériens qui œuvrent pour une réconciliation entre l’Algérie et la France ; les événements qui se déroulent actuellement en Afrique prouvent la nécessité de retisser les liens entre les pays africains et notre pays.

Pour toutes ces actions l’Association a besoin des efforts de tous, venez nous rejoindre.

Forum
Répondre à cet article


puce

RSS

2002-2017 © Henri POUILLOT - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.79.26