Henri POUILLOT
Guerre d’Algérie, Colonialisme...
Descriptif du site
Interpellation du Chef d’Etat Major des Armées

N’ayant pas de réponse du Ministre de la Défense, j’interpelle donc le Chef d’Etat major des Armées au sujet de l’inauguration de la stlèle à la "gloire" du Colonel Chateau-Jobert

Article mis en ligne le 18 octobre 2010

par Henri POUILLOT
Imprimer logo imprimer

Trappes le 18 Octobre 2010

Henri POUILLOT

à

Amiral Edouard GUILLAUD

Chef d’Etat Major des Armées

Objet : Inauguration d’une stèle dans une caserne
A la gloire d’un officier déserteur ayant été condamné à mort

Monsieur le Chef d’Etat Major,

Ayant interpellé Monsieur MORIN, Ministre de la Défense, il y a quelques jours déjà, mais n’ayant pas de réponse, je m’adresse donc à vous sur ce sujet. Le 22 octobre prochain doit avoir lieu l’inauguration officielle du monument à l’effigie du colonel Pierre Château-Jobert à Pau, au pied du mât des couleurs de l’ancienne place des agrès de l’ETAP. Le 4 juin dernier, cette place a déjà été baptisée "Place du colonel Pierre Château-Jobert". C’est sur cette place que se rassemblent, chaque matin depuis cinquante ans les aspirants au brevet militaire de parachutiste.

Le programme de la journée serait le suivant :
11 heures : début de la cérémonie, allocutions, inauguration du monument.
12 heures : rassemblement au cercle-mess pour vin d’honneur et déjeuner.
15 heures : visite du musée des parachutistes.

Or ce Colonel Pierre Château-Jobert :
-  se solidarise avec les officiers qui, le 22 avril 1961, autour du général Challe, ont saisi le commandement à Alger, ce qui lui vaut plusieurs mois d’arrêts de forteresse à l’occasion de ce putsch qui tenta de renverser la République Française.
-  déserte en janvier 1962 pour rejoindre le commandement de l’OAS dans l’est algérien
-  est condamné à mort par contumace en 1965 et ne rentrera en France de son exil qu’en 1968, après la première amnistie.

Avec un tel palmarès comment cela est-il compatible que cet officier, déserteur, condamné à mort, ayant tenté de renverser la République puisse-t-il être honoré ? Est-ce l’exemple qui doit être donné aux nouvelles recrues de l’Armée Française en formation ?

Je suppose que vous n’en ayez pas été informé, parce que je ne pense pas qu’un Ministre de la Défense de la France, puisse laisser faire un tel affront à nos valeurs républicaines, d’autant plus quand le Gouvernement auquel vous participez a organisé, il y a seulement quelques mois, un débat national sur cette même notion.

J’en appelle à votre autorité pour que vous puissiez stopper immédiatement une telle infamie
-  en faisant modifier le nom de cette place
-  en interdisant cette cérémonie
je vous prie d’agréer, Monsieur le Chef d’Etat Major des Armées, mes plus respectueuses salutations.

Henri POUILLOT.

P.S. :

Je publierai la réponse de l’Amiral dès que je la recevrai

Forum
Répondre à cet article


puce

RSS

2002-2017 © Henri POUILLOT - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.79.26