Henri POUILLOT
Guerre d’Algérie, Colonialisme...
Descriptif du site
Comptes rendus de cérémonies d’hommages

Des "hommages" rendus en 2008 et 2009

Article mis en ligne le 26 juin 2010
Imprimer logo imprimer

Compte rendu du Journal la Dépêche

Article de la Dépêche du 4 novembre 2008

En fin de matinée, les Pieds-noirs d’Accents et Soleil, fidèles à leur devoir de mémoire, accompagnés du Souvenir français, des anciens combattants et de nombreux sympathisants, en présence du docteur Claude Banis, maire de la commune, des élus et des autorités civiles et militaires, se sont recueillis devant la stèle du souvenir.

Le président Raymond Garcia a dit son émotion de se retrouver chaque 1er novembre devant cette urne qui renferme un peu de terre d’Algérie, du Maroc et de Tunisie. "En ce jour de Toussaint, a-t-il ajouté, chacun pense à ses chers disparus, à leurs tombes abandonnées dans des cimetières désertés et reviennent alors, les souvenirs d’enfance liés, très souvent , aux grands-parents qui reposent à l’ombre des oliviers et des orangers". Il a tenu à rendre hommage à tous ceux , civils et militaires, restés de l’autre côté de la Méditerranée, aux victimes du 26 mars à Alger, à celles du 5 juillet à Oran et aux 80 000 harkis massacrés ou disparus.

Jean Rodriguez à son tour a lu quelques lignes très émouvantes. Rappelant l’histoire de l’Algérie, ses souffrances, surtout celles subies par les harkis après 1962, il a demandé à chacun , quelle que soit sa religion, de se recueillir devant cette stèle, d’avoir une pensée pour toutes les victimes de cette guerre, sans oublier leurs familles.

L’hommage novembre 2009

L’article de la Dépêche du 6 novembre 2009

Recueillement devant la stèle du souvenir par l’Amicale des pieds-noirs.
L’occasion pour le président Jean-Claude Lobello de rappeler que le 1er novembre on pense à tous ceux qui nous ont quittés et qu’on n’oublie pas. Il a voulu rendre hommage à tous ceux qui ont laissé leur vie sur cette terre d’Afrique, civiles et militaires ainsi qu’aux harkis qui ont eux aussi payé un lourd tribut pour leur fidélité à la France.

Après le dépôt de gerbe l’assistance entonna le "Chant des Africains", avant de se rendre à Carcassonne au cimetière La Conte sur la stèle des rapatriés où une cérémonie identique avait lieu en présence du Cercle algérianiste de Carcassonne et des autorités civiles et militaires.

Forum
Répondre à cet article

Dans la même rubrique

Trèbes-test
le 2 mai 2012 par Henri POUILLOT


puce

RSS

2002-2017 © Henri POUILLOT - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.79.26