Henri POUILLOT
Guerre d’Algérie, Colonialisme...
Descriptif du site
Forum de l'article

Historique de la Villa Susini

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Rappel de la discussion
Historique de la Villa Susini
Elho - le 7 avril 2011

la villa Susini abritait l’ambassade d’Allemagne
d’après le témoignage suivant signé André Vincent

http://algerazur.canalblog.com/archives/2008/11/08/11269263.html

" ... puis un torpilleur Américain fonça sur le barrage de chalands acheminé en hâte afin d’empêcher l’entrée de l’arrière port et le détruisit , alors il se mit à tirer sur l’ambassade Allemande située dans la villa Susini, (drapeau à croix gammée au vent) sur la colline (ou nous faisions auparavant voler nos cerfs volants)surplombant le Hamma à environ 1000 mètres à vol d’oiseau de mon balcon."

Historique de la Villa Susini
Clinchant - le 20 août 2011

J’ai rejoint Alger le 4 septembre 1962, donc après l’indépendance. Le 4ème Bataillon de chasseurs à pied auprès duquel j’étais affecté avait ses compagnies dispersées dans Alger. L’une d’elle était sur le territoire de la villa Sésini et du Parc Lung. Ce domaine était une ancienne fondation philantropique de la famille Lung ( les vins ) en faveur des jeunes musulman(e)s du Clos Salembier, où se trouvaient , entre autres, des écoles de mécaniciens, d’horlogers et d’infirmières.

La villa elle-même était devenue un cantonnement spartiate. Avec mes deux camarades nous avons passé notre première nuit à Alger sur un lit Picot ( lit de camp ). Le lendemain nous avons rejoint nos compagnies respectives.
Le Capitaine qui nous accueillait nous dit que la villa avait été jusqu’en novembre 1942 l’ancien Consulat d’Allemagne (et non pas ambassade, bien sûr ).

Ce n’est que plus tard que j’en entendu parler de son utilisation pendant la guerre d’Algérie.

Historique de la Villa Susini
Sesini - le 22 décembre 2011

Merci de rectifier, cette villa à été construite par mon arrière grand- père Alexandre Sesini notaire à Alger, mon grand- père y est né également.
Nous aimerions que l’association de notre nom cesse avec les atrocités qui ont eu lieu à cet endroit.
Notre famille l’avait déjà vendue avant la seconde guerre mondiale.

Historique de la Villa Susini
- le 3 avril 2012

Bonjour a tous,

Je suis Algerienne et j’aimerais savoir en quelle année la villa a été édifiée.

J’ai beau cherché cette information mais je ne l’ai pas trouvé

Merci d’avance.

Historique de la Villa Susini
Habiba klioua Hannouz - le 20 octobre 2014

Je suis la petite fille de YEMMA Doudja Bent Hadj Mahdi.
Ma mère Aouaouche Ou Mahdi Klioua .
Qui aurait pensé un destin aussi dramatique ....que dirait ma Grand mère en sachant que certains de ses petits et arrières
petits enfants subiraient les tortures les plus inhumaines....

J’en suis profondément triste...

Historique de la Villa Susini
habiba hannouz - le 20 mai 2015

Je constate que le paragraphe historique de cette résidence que l’on appelle Villa Susini, n’est plus....
Historique bien avant qu’elle ne devienne propriété de Maître Sésini. ...
il s’agissait de la résidence d’été de style ottomane du grand Muphti D’ALGER,bien avant le débarquement,et la colonisation française .elle devient propriété par héritage à Lala Doudja bent Hadj Mahdi qui épousa le fils d’une riche famille Turc Klioua. .de Bejaia ...elle la loua puis la vendit à maître Sésini

je prie Monsieur HENRI POUILLOT DE RÉINSÉRER LE BEL ARTICLE QU’IL AVAIT PUBLIÉ
JE VOUS EN REMERCIE D’AVANCE. ..
LA PETITE DE LALLA DOUDJA.

17 octobre 1961 - 17 octobre 2019 - 58ème Anniversaire - Vérité et Justice


Le 17 octobre 1961, des dizaines de milliers d’Algériens manifestaient pacifiquement à Paris contre le couvre-feu discriminatoire qui leur avait été imposé par le gouvernement de l’époque dont le Premier ministre, Michel Debré, était hostile à l’indépendance de l’Algérie, et le Préfet de Police Maurice Papon sous ses ordres. Ils défendaient leur droit à l’égalité, leur droit à l’indépendance et le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. Ce jour-là, et les jours qui suivirent, des milliers de ces manifestants furent arrêtés, emprisonnés, torturés – notamment par la "force de police auxiliaire" - ou, pour nombre d’entre eux, refoulés en Algérie. Des centaines perdirent la vie, victimes d’une violence et d’une brutalité extrêmes des forces de police.
58 ans après, la Vérité est partiellement en marche. Cependant, la France n’a toujours pas reconnu sa responsabilité dans les guerres coloniales qu’elle a menées, – en particulier la Guerre d’Algérie – non plus que dans le cortège de drames et d’horreurs qu’elles ont entraînés, comme ce crime d’Etat que constitue le 17 octobre 1961. Le 17 octobre 2012, le Président de la République (François Hollande) avait certes fait un premier pas important, en déclarant : « Le 17 octobre 1961, des Algériens qui manifestaient pour le droit à l’indépendance ont été tués lors d’une sanglante répression. La République reconnaît avec lucidité ces faits. Cinquante et un ans après cette tragédie, je rends hommage à la mémoire des victimes. » Mais le terme de crime n’est pas repris, et la responsabilité, sous entendue, n’est pas clairement définie. Nous demandons une parole claire aux autorités de la République, au moment où certains osent encore aujourd’hui continuer à parler des « bienfaits de la colonisation », à célébrer le putsch des généraux à Alger contre la République, à « honorer » les criminels de l’OAS.

Dans ce domaine, il est donc nécessaire que des mesures significatives soient prises :
-  Que la lumière soit faite sur les soi-disant « retours vers leurs douars d’origine » des algériens survivants du 17 octobre envoyés en fait dans des camps de la mort de l’Algérie coloniale.
-  Que la création d’un lieu de mémoire voué à cet évènement, demandée dans la résolution votée par le Sénat en octobre 2012 qui reconnaissait elle aussi ce massacre, soit rapidement mise en œuvre par les autorités de l’Etat, de la Ville de Paris et la Région Ile-de-France.
-  Pour être fidèles à leur mission scientifique, les historiens ont besoin de pouvoir accéder librement aux archives, échapper aux contrôles des pouvoirs ou des groupes de pression et travailler ensemble, avec leurs collègues algériens
-  La vérité doit être dite sur l’organisation criminelle de l’OAS que certains, comme au sein de la droite et extrême droite politique veulent la réhabiliter.
Ce n’est qu’à ce prix que pourra disparaître la séquelle la plus grave de la Guerre d’Algérie, à savoir le racisme, l’islamophobie dont sont victimes aujourd’hui nombre de citoyennes et citoyens, ressortissants d’origine maghrébine ou des anciennes colonies, y compris sous la forme de violences policières récurrentes, parfois meurtrières.

On ne construit pas la démocratie sur des mensonges et des occultations. Après plus d’un demi-siècle, il est temps :
-  Que le Président de la République, au nom de la France, confirme, par un geste symbolique, la reconnaissance et la condamnation de ce crime d’Etat. Comme il vient de le faire pour l’assassinat de Maurice Audin par l’armée française et pour l’existence d’un système de torture généralisé. Cette reconnaissance doit s’étendre aux milliers d’Algériens qui en ont été victimes (voir le site www.100autres.org)
-  Que l’Etat français reconnaisse sa responsabilité dans l’internement arbitraire, pendant la Guerre d’Algérie, d’Algériens dans des camps ;
-  Que la liberté d’accès aux archives soit effective pour tous, historiens et citoyens ;
-  Que la recherche historique sur ces questions soit encouragée, dans un cadre franco-algérien, international et indépendant.

A l’occasion de ce 58ème anniversaire, nous exigeons Vérité et Justice. Rassemblement le jeudi 17 Octobre 2019 à 18h. au Pont Saint Michel à PARIS

Associations, Organisations Syndicales : 17 octobre contre l’Oubli, 4ACG (Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Amis Contre la Guerre), 93 au Cœur de le République, Association de Jumelage Rennes-Sétif, Les Amis de Max Marchand de Mouloud Feraoun et de leurs Compagnons, ACCA (Association contre le Colonialisme Aujourd’hui), ACDA (Association pour le Changement Démocratique en Algérie), AFAPREDESA (Association des Familles des Disparus et Prisonniers Sahraouis), ANPROMEVO (Association nationale pour la protection de la mémoire des victimes de l’OAS), ATMF (Association des Travailleurs Maghrébins de France), ANPNPA (Association Nationale des Pieds-Noirs Progressistes et leurs Amis), APCV (Association pour la Promotion de la Culture et du Voyage), ARAC (Association Républicaine des Anciens Combattants), Au Nom de la Mémoire , CAPJPO-EuroPalestine, CRLDHT (Comité pour le Respect des Libertés et des Droits de l’Homme en Tunisie), Comité Vérité et Justice pour Charonne, Droits devant !!, France el Djazaïr, FTCR (Fédération des Tunisiens pour une Citoyenneté des deux Rives), FASTI (Fédération des Associations de Solidarité avec Tou-te-s les Immigré-e-s), Fondation Frantz Fanon, FUIQP (Front uni des , et des quartiers populaires) Les Oranges, LDH (Ligue des Droits de l’Homme), Liaison de la fédération Anarchiste pour le lot/ Aveyron, MRAP (Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples), Mouvement de la Paix, Réfractaires non-violents à la guerre d’Algérie, RMCP (Réseau Mémoires de Combat Politiques), Sortir du Colonialisme, SURVIE, UJFP (Union Juive Française pour la Paix), URIF-CGT (Union Régionale Ile de France de la Confédération Générale du Travail)
Partis Politiques : Ensemble !, NPA (Nouveau Parti Anticapitaliste), PCF (Parti Communiste Français), PEPS (Pour une écologie Populaire et Sociale),

Actualités

Commentaires des visiteurs du site

0 | 5 | 10 | 15

Rencontre avec Louisette
Merci d’en parler de la villa suzini ,je souhaiterais pour la mémoire des Moudjahiddines que vous (...)

Historique de la Villa Susini
Merciiiii je viens de retrouver votre bel article, c’était très important pour moi . avec (...)

Historique de la Villa Susini
Je constate que le paragraphe historique de cette résidence que l’on appelle Villa Susini, (...)

Inauguration d’une stèle commémorant les victimes de l’OAS à Paris
Difficile d’inscrire près de 3.000 noms, avec le risque d’oublis, d’erreurs... Le plus important (...)

Inauguration d’une stèle commémorant les victimes de l’OAS à Paris
Enfin une reconnaissance officielle des victimes civiles de l’OAS. Je regrette que les noms des (...)

Evènements à venir

Ici vous pouvez afficher des évènements correspondant aux articles avec le mot-clé "agenda" ou à ceux d'une rubrique avec le mot-clé "agenda"

Ces articles doivent avoir une "date de rédaction antérieure".


puce

RSS

2002-2019 © Henri POUILLOT - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.79.26