Henri POUILLOT
Guerre d’Algérie, Colonialisme...
Descriptif du site
Lire la suite ...
Hamed, Sale fils de Français
JPEG - 6.2 Mo

Ce livre fut édité par les "Editions du Menhir" en 2014. La 4ème de couverture

Ce livre, j’ai voulu l’écrire à partir d’une série de rencontres qui m’ont perturbé.

Témoin de la Guerre d’Algérie, je me suis déjà beaucoup exprimé publiquement pour dire l’horreur que j’y ai vécue et les traumatismes (...)

Lire la suite ...
Appel des 171 : Nous demandons la vérité sur l’assassinat de Maurice Audin

Le 11 juin 1957, Maurice Audin, jeune professeur de mathématiques à Alger et membre du parti communiste algérien, est arrêté par les parachutistes commandés par le général Massu chargé par les autorités françaises du maintien de l’ordre dans la ville. Emprisonné et torturé, il n’est jamais réapparu. Quand, (...)

Ce site personnel doit être aussi le vôtre, il est conçu pour servir de références, de documentations...
Votre avis m’intéresse. N’hésitez donc pas à m’interpeller.

Né en 1938 en Sologne (Loiret) - Ingénieur Retraité
Appelé, pendant la Guerre d’Algérie
Affecté de juin 1961 à mars 1962 à la Villa Susini à Alger
Témoin de la Torture - Auteur de 2 livres témoignages sur cette période.
Auteur d’un livre fiction "Hamed, Sale fils de Français", parti d’un fait concret, dramatique.
Militant des droits de l’homme, antiraciste et anticolonialiste.

Mes témoignages / mon combat / mes actions / mes espoirs


- Un témoignage sur la torture pendant la Guerre d’Algérie

- Apporter ma contribution au travail de mémoire nécessaire sur une triste période de notre histoire et ses conséquences encore aujourd’hui.

- Participer au débat d’idées permettant le développement des actions nécessaires pour condamner la pratique de la torture, le colonialisme, les crimes contre l’humanité...

- Dénoncer le révisionnisme colonial aujourd’hui autour de la Guerre d’Algérie, la résurgence des idées selon lesquelles le colonialisme aurait pu être positif et de l’activisme de l’OAS soutenu par la connivence d’une partie de la droite à ces thèses extrémistes et xénophobes. en particulier la mise en cause des valeurs républicaines de la France à l’occasion des "honneurs" rendus aux activistes de l’OAS.
- Fédérer les actions pouvant aller dans ce sens.

La Villa SUSINI, un lieu Symbolique, d’un lourd passé

C’est dans cette Villa, à Alger, que je me suis retrouvé à effectuer la fin de mon service militaire, pendant la Guerre d’Algérie, de juin 1961 à mars 1962.
Ce lieu fut utilisé, pendant les 8 années de cette guerre, sans interruption, comme centre de torture.

La Villa Susini à Alger

Ces photos ont été prises au même endroit... dans le parc de la Villa Susini d’Alger, la première en 1961, la seconde en décembre 2001. Entre ces 40 années d’écart, l’homme a changé, les arbres ont poussé, mais la vue sur le port d’Alger est toujours aussi belle.

Des Espoirs


- Un traité d’amitié entre les peuples Algérien et Français sur des bases claires et réciproques du respect des droits de l’homme comme fil rouge.
- Une place retrouvée pour que la France puisse de nouveau revendiquer de porter le drapeau du pays des droits de l’homme.
















Article mis en ligne le 12 décembre 2016
Rubrique : Torture - Viols

Une vaste enquête menée par la Comité International de la Croix Rouge (CICR) dans 16 pays (dont la France) indique, qu’en l’espace de près de 20 ans, l’idée du recours à la torture dans les conflits, rencontre une nette progression dans l’opinion publique, 36 % des interrogés (une personne sur trois) pensent que la torture devrait être autorisée dans certaine situations contre 28% en 1999.

Sept Français sur dix condamnent la torture, selon une enquête. Mais près de 3 personnes sur 10 y seraient tout de même favorables contre un combattant ennemi.

Le CICR : Dans le cadre de l’enquête "Les voix de la guerre", plus de 17 000 personnes de 16 pays ont été interrogées entre juin et septembre 2016 sur une série de thèmes liés à la guerre. Si certains résultats se sont révélés encourageants, d’autres sont plus alarmants.

Nous avons demandé aux personnes vivant dans des pays en proie à un conflit si elles pensaient que les lois de la guerre étaient importantes. C’est le cas. Plus de deux tiers des personnes vivant dans ces pays, ainsi que celles vivant en Suisse et dans les cinq pays membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU, estiment qu’il est important d’imposer des limites à la manière de conduire les hostilités. Près de la moitié des sondés vivant dans des pays touchés par un conflit armé pensent que les Conventions de Genève permettent de limiter les horreurs de la guerre. L’étude révèle aussi un certain fatalisme, de plus en plus de gens considérant les pertes civiles comme une conséquence inévitable de la guerre.

On constate un décalage entre le positionnement de l’opinion publique et la pratique des États et des groupes armés. Ainsi, les violations des lois de la guerre – telles que les attaques contre les civils, les travailleurs humanitaires et les hôpitaux – persistent, alors que les résultats de l’enquête montrent clairement que la majorité de la population sait que ces pratiques sont inacceptables et que les civils comme les personnels de santé et les structures médicales doivent être protégés.

Quelle Horreur !!!

La pratique de la Torture, par essence, c’est de faire "avouer" à un suspect le crime qu’il est sensé avoir pu commettre, ou les informations qu’il pourrait connaître afin de pouvoir arrêter un criminel.

Donc, par définition, la présomption d’innocence n’est surtout pas retenue. (...)

Article mis en ligne le 16 décembre 2016
Rubrique : Ses Actions

Lettre du 14 décembre 2016 à Madame Rose-Marie ANTOINE
Directrice de l’ONAC-VG

Madame la Directrice,

Jeudi 8 décembre dernier, dans les Yvelines, se déroulait une journée commémorative pour le Centenaire de l’ONACVG, présidée par Monsieur le Préfet du département. A cette occasion, le film retraçant l’histoire de l’Office a été projeté.

La devise de l’ONACVG est y rappelée : (...)

Article mis en ligne le 20 décembre 2016
dernière modification le 1er janvier 2017
Rubrique : Editos

La fin de l’année 2016 se termine aussi tristement que celle de 2015, au plan national et international. Alors Père Noël, sois gentil, généreux, apporte nous un peu (pourquoi pas beaucoup) de joies, du bonheur, de l’utopie pour cette année 2017, et que cela dure ...

Père Noël, tu as permis à (...)

Article mis en ligne le 1er janvier 2017
dernière modification le 16 janvier 2017
Rubrique : Editos

Lettre ouverte à François Hollande, Président de la République

Monsieur le Président,

Le 31 décembre 2016, dans votre adresse aux Français, vous déclariez : "Et nous devons tout faire pour préserver cette liberté stratégique parce que la France a un rang et un message à défendre. Elle n’accepte pas les (...)

Article mis en ligne le 16 janvier 2017
dernière modification le 16 février 2017
Rubrique : Editos

Ou, la Françafrique, ce colonialisme d’aujourd’hui

Le 13 janvier 2017, Le Président François Hollande se rendait au Mali, où s’ouvrait officiellement le sommet Afrique-France à Bamako, mais aussi pour adresser un message tendant à justifier la politique militaire française en Afrique, garante de la (...)

Article mis en ligne le 16 février 2017
dernière modification le 13 mars 2017
Rubrique : Editos

Le 23 novembre 2016, dans un entretien au magazine "Le Point" il évoquait les effets positifs de la colonisation de l’Algérie : "Alors oui… en Algérie il y a eu la torture mais aussi l’émergence d’un État, de richesses, de classes moyennes, c’est la réalité de la colonisation. Il y a eu des éléments de (...)

Article mis en ligne le 13 mars 2017
dernière modification le 30 mars 2017
Rubrique : Editos

A moins de 6 semaines de l’élection présidentielle quelle catastrophe en prévision !!!

François Fillon ? Il a bien le droit de se faire offrir pour près de 45.000 € de costards (ce qui l’est moins c’est qu’une partie aurait été payée en espèces, ce qui ne semble pas très légal !!!). Il démontre dans (...)

Article mis en ligne le 30 mars 2017
dernière modification le 9 avril 2017
Rubrique : Editos

Cher Camarade, il y a quinze jours, je m’interrogeais pour qui voter (c’était l’éditorial de mon site), et pourtant, pour moi, il n’était pas question de cautionner ce quinquennat qui se termine, mais j’espérais bien qu’une issue réellement à gauche allait être possible. Cette campagne est catastrophique, (...)

Article mis en ligne le 9 avril 2017
dernière modification le 18 avril 2017
Rubrique : Editos

Dans quinze jours, ce sera le premier tour des élections présidentielles, avec un boulevard sans précédent pour un président de droite, voire de droite extrême.

Il y a quelques jours, avec l’utilisation de gaz chimique contre la population civile en Syrie, des voix se sont élevées pour exprimer une (...)

Article mis en ligne le 18 avril 2017
dernière modification le 24 avril 2017
Rubrique : Colonialisme

Adresse aux candidats aux élections présidentielles et législatives française de 2017.

Dans un état de droit comme la France, qui se présente sur la scène internationale en donneur de leçon en matière de droits de l’homme, comment expliquer que le seul fait d’invoquer simplement la raison d’état ou le (...)

Article de Nadir IDDIR ddans El Watan du 24 mars 2017
Article mis en ligne le 18 avril 2017
Rubrique : La Bataille d’Alger

60e anniversaire de l’assassinat de l’avocat Ali Boumendjel. Une commémoration qui n’est pas à la mesure de la grandeur de l’homme. Retour sur les lieux d’un crime.
Me Ali Boumendjel, ou le supplice d’un homme juste

Après le numéro de l’immeuble, on cherche à apercevoir les terrasses . A l’entrée du n°92 rue Ali Khodja, à El Biar, point de plaque pour rappeler la mort tragique de Ali Boumendjel, avocat du premier collectif du FLN, dont on commémore cette année l’assassinat par les paras du général Massu. Barrant le (...)

Article mis en ligne le 24 avril 2017
dernière modification le 28 avril 2017
Rubrique : Editos

Le 30 mars, j’adressais une lettre ouverte à Jean-Luc Mélenchon. Hélas, le scénario prévisible s’est opéré.

Pourtant, malgré mes extrêmes réticences, au tout dernier moment (en allant au bureau de vote j’étais encore très hésitant) je me suis décidé à voter JLM. En effet, en espérant que, peut-être, selon les (...)

Article mis en ligne le 28 avril 2017
dernière modification le 10 mai 2017
Rubrique : Perpignan (66)

A Perpignan, c’est une tradition, depuis la fin de la Guerre d’Indépendance de l’Algérie de vouloir "honorer" l’Algérie Française et l’OAS. La Dynastie Alduy, père et fils, s’était distinguée.Le Père, député maire de Perpignan avait beaucoup participé à mettre en "valeur" la Ville de Port-Vendres toute proche, (...)

Article mis en ligne le 28 avril 2017
dernière modification le 5 mai 2017
Rubrique : Evocations de ce 8 Mai

L’Autre 8 mai 1945 et sa reconnaissance par la France

Réunion publique

le 2 mai de 19h à 23h, Salle Jean Dame
17, Rue Léopold Bellan, Paris 75002 Métro : Les Halles ou Sentier

organisée par la LDH, Au Nom de la Mémoire et les quotidiens Mediapart et El Watan, avec le Collectif pour la reconnaissance de 8 mai 1945

19h : Introduction

• Mehdi Lallaoui, de l’association Au Nom de la Mémoire,

• Robert Simon, de la Ligue des droits de l’Homme, section Paris centre de la LDH.

19h15 : Projection du film de Mariem Hamidat "Mémoires du 8 mai 1945" 20h : Colloque international avec des intervenants algériens et (...)

Article mis en ligne le 10 mai 2017
dernière modification le 28 mai 2017
Rubrique : Editos

Le 24 avril, je rappelais le terrible gâchis pour ces présidentielles

Le 30 mars, j’avais adressé une lettre ouverte à Jean-Luc Mélenchon. Hélas, le scénario prévisible s’est opéré !!!

Pourtant, malgré mes extrêmes réticences, au tout dernier moment (en allant au bureau de vote j’étais encore très hésitant) (...)

Par Nacer Boudiaf
Article mis en ligne le 25 mai 2017
Rubrique : L’Algérie, le colonialisme, les perspectives politiques

Article paru dans El Watan du 24 mai 2017

Excellence, Monsieur le Président

Je voudrais tout d’abord vous présenter mes sincères félicitations à la suite de votre brillante élection au prestigieux poste de président de la République française.

Je m’adresse à vous notamment pour saluer en votre victoire le symbole d’espoir qu’elle a suscité (...)

2 initiatives à Paris
Article mis en ligne le 25 mai 2017
Rubrique : Disparition de Maurice Audin

Maurice Audin a été arrêté dans la nuit du 11 au 12 juin 1957, cela fait 60 ans, il est disparu à jamais.

La version officielle, jusqu’en 2014 était qu’il s’était évadé, François Hollande a diffusé un communiqué selon lequel il est mort en détention. Mais malgré les nombreux et concordants témoignages et (...)

Lettre ouverte à Emmanuel Macron
Article mis en ligne le 28 mai 2017
dernière modification le 29 mai 2017
Rubrique : Disparition de Maurice Audin

Il y aura bientôt soixante ans, dans la nuit du 11 au 12 juin 1957, Maurice Audin, jeune mathématicien membre du Parti communiste algérien, était arrêté à Alger par une unité de parachutistes, avant de disparaître à jamais. Dans une lettre ouverte adressée à Emmanuel Macron, plusieurs personnalités (...)

par Raymond Gama Docteur en histoire , responsable communication du LKP
Article mis en ligne le 30 mai 2017
Rubrique : Colonialisme

La répression du mouvement a probablement fait des dizaines de morts. Un bilan humain aujourd’hui encore occulté. DR

Les 25 et 26 mai 1967, dans les rues de Pointe-à-Pitre , à l’occasion d’une grève des ouvriers du bâtiment, qui réclamaient 2,5 % d’ augmentation de salaire, les quartiers de la ville sont jetés dans l’effroi, les larmes et le sang.

Le 23 mars 1967, des ouvriers des chantiers Ghisoni -Zanella, dans les faubourgs de Pointe-à-Pitre, cessent le travail, c’est la grève : ils réclament un meilleur salaire, le paiement des heures supplémentaires, de meilleures conditions de travail… À la suite de ce mouvement, les syndicats (CGTG, (...)

Article mis en ligne le 8 juin 2017
Rubrique : Disparition de Maurice Audin

Il n’ y avait que la Place du centre-ville de la capitale qui portait son nom. Désormais une institution des Sciences a été baptisée en cette journée du savoir du nom du martyr de la nation : Maurice Audin.

C’est fait ce dimanche 16 avril 2017, le nom de Maurice Audin a été donné à l’École Nationale Polytechnique d’Oran (ex ENSET) .

En présence de sa veuve Josette et de son fils Pierre, une belle et riche cérémonie a été consacrée à l’événement avec la participation de responsables nationaux et locaux. Une forte assistance notamment estudiantine a pris part à ce cérémonial.

Né le 14 février 1932, dans la ville de Béja, en Tunisie, (...)

Article mis en ligne le 12 juin 2017
Rubrique : L’Algérie, le colonialisme, les perspectives politiques

Brahim Senouci (fils et petit-fils de chahid) a adressé 2 lettres ouvertes : l’une au Président algérien, l’autre au Président Français

Lettre ouverte à Monsieur le Président de la République Algérienne Démocratique et Populaire

Monsieur le Président,

Permettez-moi de me faire le porte-parole de près de trente-mille personnes auprès de vous. Ce sont les signataires d’une pétition, que j’ai initiée le 18 mai 2016. Cette pétition (...)


Nous demandons la vérité sur l’affaire Audin

Il y aura bientôt soixante ans, dans la nuit du 11 au 12 juin 1957, Maurice Audin, jeune mathématicien membre du Parti communiste algérien, était arrêté à Alger par une unité de parachutistes, avant de disparaître à jamais. Dans une lettre ouverte adressée à Emmanuel Macron, plusieurs personnalités demandent au nouveau Président de la République de se saisir de ce triste anniversaire pour illustrer son engagement à « prendre des actes forts sur cette période de notre histoire », en faisant en sorte que la vérité historique sur cette "disparition" soit enfin connue.

En juin 1957, le jeune et brillant mathématicien qu’était Maurice Audin, engagé pour l’indépendance de l’Algérie, "est mort en détention", à l’âge de 25 ans, détenu par 10e division parachutiste du général Massu chargée officiellement du maintien de l’ordre à Alger. Cette "disparition" est intervenue au plus fort de la guerre d’Algérie, en plein cœur de la "Bataille d’Alger", ouverte, le 7 janvier 1957, par la décision des autorités françaises de la IVe République de "maintenir l’ordre" dans la ville. Pendant six mois, ces hommes ont pratiqué massivement la torture et les exécutions sommaires.

Quelque trois mille Algériens, arrêtés par eux, ont disparu. Le secrétaire général de la police d’Alger, Paul Teitgen, ancien résistant déporté, attaché au refus de la torture, écrivait le 29 mars 1957 dans sa lettre de démission : "Depuis trois mois nous sommes engagés […] dans l’anonymat et l’irresponsabilité qui ne peuvent conduire qu’aux crimes de guerre".

Maurice Audin n’est jamais réapparu. Pendant cinquante-sept ans, les autorités françaises ont affirmé qu’il s’était évadé. Le 18 juin 2014, après la publication quelques mois plus tôt d’un livre relatant les confidences tardives du général Aussaresses disant que l’ordre de l’assassiner avait été donné par le général Massu, le président François Hollande a publié un message avouant que "Maurice Audin ne s’est pas évadé. Il est mort durant sa détention". Le mensonge d’Etat ainsi reconnu par le président de la République est le plus long de notre histoire contemporaine. Dans le cas de l’affaire Dreyfus, le mensonge d’Etat a duré douze ans. Dans le cas de l’affaire Audin, il a duré cinquante-sept ans, jusqu’à cette reconnaissance. Mais cette reconnaissance d’un mensonge n’a pas encore fait place à l’aveu de la vérité.
Comment Maurice Audin est-il mort ? Si un ordre a été donné de le tuer, qui a donné ou partagé cet ordre ? Dans quel but a-t-il été donné ? Soixante ans après les faits, il est temps que sa veuve, Josette Audin et ses enfants, à qui les pouvoirs politiques français successifs ont menti tout en entravant délibérément le travail de la Justice, connaisse enfin la vérité.

C’est ce que demandent les signataires de cette lettre adressée le 26 mai 2017 au nouveau Président de la République :

Monsieur le Président

Dans la nuit du 11 au 12 juin 1957, il y aura juste soixante ans dans quelques jours, Maurice Audin, jeune mathématicien membre du Parti Communiste Algérien, était arrêté à Alger par une unité de parachutistes. Il disparaitra à jamais. Jusqu’en 2014, la version officielle, à laquelle personne ne portait crédit, était qu’il s’était évadé.

Le 18 juin 2014, M. François Hollande, votre prédécesseur a publié un communiqué déclarant : "Mais les documents et les témoignages dont nous disposons aujourd’hui sont suffisamment nombreux et concordants pour infirmer la thèse de l’évasion qui avait été avancée à l’époque. M. Audin ne s’est pas évadé. Il est mort durant sa détention". Depuis cette déclaration (évoquée la veille devant son épouse Josette Audin, reçue à L’Elysée) ni ces documents, ni ces témoignages ainsi évoqués, pourtant concordants et nombreux selon ce communiqué, n’ont été révélés.

En mars 2014, un appel signé de 171 personnalités et publié par les quotidiens l’Humanité et Mediapart, que nous vous joignons, a demandé qu’il soit dit enfin la vérité sur cette affaire.(voir cet appel)

De nombreuses questions se posent. Un livre paru en janvier 2014 a fait état de confidences tardives du général Paul Aussaresses peu avant sa mort évoquant un ordre d’assassinat donné par le général Jacques Massu. Qu’en est-il ? Dans ce cas, y a-t-il eu des échanges à ce sujet avec le ministre résidant Robert Lacoste, le commandant en chef de l’armée en Algérie Raoul Salan et certains autres ministres ?

Nous pensons qu’à l’occasion de ce triste soixantième anniversaire, la vérité historique relative à cet assassinat doit enfin être connue. Le 5 mai, devant la rédaction de Mediapart, vous avez déclaré : "De fait, je prendrai des actes forts sur cette période de notre histoire…". Nous pensons donc qu’à cette occasion, en recevant Josette Audin, ou en vous exprimant lors des cérémonies de commémoration qui auront lieu à cette occasion, vous pourriez ainsi concrétiser cet engagement.

Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Président de la République, l’expression de notre haute considération.

Alban Liechti, Agir contre le colonialisme aujourd’hui (ACCA), Charles Silvestre, Société des Amis de l’Humanité, coordinateur de l’Appel des douze du 31 octobre 2000 (voir) : Henri Alleg, Josette Audin, Simone de Bollardière, Nicole Dreyfus, Noël Favrelière, Gisèle Halimi, Alban Liechti, Madeleine Rebérioux, Laurent Schwartz, Germaine Tillion, Jean-Pierre Vernant, Pierre Vidal-Naquet, Gérard Tronel, Association Maurice Audin, Nils Anderson, éditeur, Francis Arzalier, Association française d’amitié et de solidarité avec les peuples d’Afrique (AFASPA), Raphaëlle Branche, historienne, Patrick Chamoiseau, écrivain, Didier Daeninckx, écrivain, Pierre Daum, journaliste au Monde Diplomatique, Michel Broué, mathématicien, Laurence De Cock, historienne, Alain Desjardin, Association des anciens appelés en Algérie et leurs amis contre la guerre (4ACG), Mathias Enard, écrivain, Jérôme Ferrari, écrivain, François Gèze, éditeur, La Découverte, Pierre Joxe, avocat, ancien parlementaire, ancien ministre, membre honoraire du Conseil constitutionnel, Mehdi Lallaoui, Au Nom de la Mémoire, Renée Le Mignot, Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (MRAP), Jean-Pierre Mignard, avocat, Gilles Manceron, historien, Ligue des droits de l’Homme, Olivier Mongin, directeur de la revue Esprit, Edgar Morin, sociologue et philosophe, Michel Parfenov, éditeur, Actes Sud, Claude Pennetier chercheur CNRS, directeur du Maitron, Edwy Plenel, directeur de Mediapart, Henri Pouillot, Sortir du colonialisme, Jacques Pradel, Association nationale des pieds-noirs progressistes et leurs amis (ANPNPA), Alain Ruscio, historien,Denis Sieffert, directeur de Politis, Bernard Stephan, directeur de la rédaction de Témoignage Chrétien, Benjamin Stora, historien, Raphaël Vahé, Association républicaine des anciens combattants (ARAC), Françoise Vergès, politologue et historienne, Cédric Villani, mathématicien, président du jury du Prix Maurice Audin.

Le mardi 6 juin, à la Mairie du 2e arrondissement, 8, rue de la Banque, une projection du film documentaire Maurice Audin, la Disparition, de François Dermerliac, aura lieu, à 19h, suivie d’un débat.

Le samedi 10 juin, à 11h, un dépôt de gerbes aura lieu à la Place Maurice Audin, dans le 5e arrondissement.

Commentaires des visiteurs du site

0 | 5 | 10 | 15

JOUQUES (13)
Je suis le petit fils de Mme Mansour, fils de Hélène, et le neveu de Stéfan, François, Joseph et (...)

Historique de la Villa Susini
Très difficile de comprendre la chronologie de la presence des differentes personnalites dans ce (...)

Utilisation du Gaz sarin pendant la Guerre d’Algérie
J’ai vu de mes yeux 17 cobattants algeriens gazes par les soldats fra cais alors que j’avais (...)

Algérie, Mémoires meurtries
Bonjour Monsieur Djoudi Attoumi Avec beaucoup de retard , je voudrais vous dire que l’EPCA, (...)

Historique de la Villa Susini
Merci pour toutes ces informations. Et heureuse d’apprendre le témoignage de ma cousine Maya (...)



puce

RSS

2002-2017 © Henri POUILLOT - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.79.26